La multiplication des récits : une définition (1)

Ou De l’insuffisance de l’enchâssement

Telles sont les considérations sur lesquelles je m’appuie pour proposer ce que j’appelle “l’hyper-roman”, dont j’ai tenté de donner un exemple dans Si par une nuit d’hiver un voyageur. Mon intention était d’offrir l’essence du romanesque, concentrée en dix amorces de roman qui développent de manière très différente un thème commun, et agissent sur un cadre qu’elles déterminent autant qu’il les détermine lui-même. Fournir les échantillons de la multiplicité potentielle des récits possible : ce même principe est à l’oeuvre dans un autre de mes livres, Le Château des destins croisés, qui veut être une sorte de machine à multiplier les récits […].1

 Italo Calvino, auteur italien bien connu en France2, laisse à la postérité un “aide-mémoire pour le prochain millénaire” sous la forme de cinq – initialement six, mais la mort en a décidé autrement – Leçons prononcées à l’université Harvard en 1985, et qui sont autant de “voeux”3 pour la littérature à venir. Parmi ces Leçons, la cinquième porte sur la notion de “multiplicité”, ce goût pour un récit capable de contenir en soi tous les autres récits, à l’image de ce que projette Borges pour lequel Calvino avoue avoir une “prédilection”4.

Quand j’ai lu pour la première fois Si par une nuit d’hiver un voyageur, c’est précisément cette potentialité narrative qui a exercé sur moi son pouvoir de fascination. Je n’avais pas un roman, mais onze romans, voire douze entre les mains, ou même bien plus si l’on suit toutes les pistes lancées par les divers protagonistes. Je faisais face à une véritable multiplication des récits. Mais le plus fascinant, c’était encore la capacité narrative du roman à me tenir captive dans les mailles de son filet alors même que tout semblait devoir me conduire à le rejeter : Si par une nuit d’hiver un voyageur repose en effet sur le principe récurrent de l’interruption ; chacun des dix incipit enchâssés, qui alternent avec le retour du récit cadre, est incomplet, taillé dans le vif, et laisse son lecteur au mieux agacé, au pire très frustré, au point que l’on puisse envisager d’arrêter la lecture. Ce point précis, c’est-à-dire le paradoxe d’un roman construisant une tension narrative efficace à partir de la frustration même du lecteur, est aujourd’hui l’objet de mes travaux de recherche. Comment fonctionne un tel roman ? Sur quoi reposent ses effets ? Comment peut-on comprendre et analyser sa structure ? A quoi joue-t-il, précisément ?

Continuer la lecture de La multiplication des récits : une définition (1)

  1. Calvino, I., “Multiplicité”, Leçons américaines, Hersant, Y. (trad.), Folio poche, 1989 [1988], p.189-190 []
  2. Je recommande la lecture des notes que Claire Placial lui consacre sur son carnet de recherche, et en particulier celle-ci. []
  3. Calvino, I., “Multiplicité”, op. cit., p.194 []
  4. Ibid., p.187 []

Carnet de recherche de Gaëlle Debeaux