Séminaire Humanités numériques MSHB – réception et transmission des travaux de Marcello Vitali-Rosati : “Peut-on encore parler de littérature numérique ?”

Je participe, depuis quelques années maintenant, au groupe de travail Humanités Numériques de la MSHB : nous avions organisé (en grande partie grâce à la très efficace Morgane Mignon !) l’an dernier la première séance de notre séminaire intitulé “Transmission et réception des travaux de …” (remplacez les points de suspension par le nom de la ou de l’invité.e, of course), avec en guest star Johanna Drucker. Ce séminaire se déroule en deux temps : une première journée d’étude lors de laquelle l’invité.e donne une conférence, elle-même suivie par un après-midi de discussions orientées par trois communications présentant une réception des travaux de l’invité.e ; une seconde journée (matinée plutôt), en comité restreint (les membres du groupe organisant le séminaire, des étudiant.e.s.), lors de laquelle chaque membre du groupe de travail qui le souhaite peut présenter la façon dont il ou elle utilise / comprend / interroge / transmet les travaux de l’invité.e.

Cette année, ce format a été reconduit et notre invité était Marcello Vitali-Rosati. La journée d’étude a été très riche et a creusé la notion d’éditorialisation. J’ai pour ma part proposé une présentation lors de la séance du lendemain matin, centrée autour de la façon dont les travaux de Marcello Vitali-Rosati interrogent la notion de littérature numérique : j’avais croisé ses propositions pendant ma thèse, et j’avais même brièvement échangé avec Marcello Vitali-Rosati lors de ma toute première communication en 2014, communication qui a ensuite été publiée dans la revue Sens Public qu’il co-dirige. J’ai donc pris le temps de revenir sur ses articles et ouvrages, et cette entreprise a été pour moi très intéressante car elle m’a permis de questionner (voire de remettre en question ?) mes propres conceptions concernant cet objet un peu fuyant qu’est la littérature numérique. Je propose donc ci-dessous le texte de ma présentation, et je dépose également en toute fin d’article le PDF de mon diaporama.

Continuer la lecture de Séminaire Humanités numériques MSHB – réception et transmission des travaux de Marcello Vitali-Rosati : “Peut-on encore parler de littérature numérique ?”

Littérature et humanités numériques

Outils, méthodes, questionnements

L’université de Rennes 2 propose, en bidiplomation, un Master Humanités numériques, ainsi présenté :

[Ce master propose une] formation pluridisciplinaire qui a pour objectif principal d’accompagner le tournant numérique de la recherche en Arts, Lettres, Langues, et Sciences humaines et sociales. Plus précisément, le master a pour objectif de transmettre les méthodes et les compétences de co-construction du savoir et de diffusion de la connaissance. […] Il s’agira, au terme de la formation, de pouvoir maîtriser l’ensemble du processus de traitement des données scientifiques (constitution de corpus, analyse, traitement, exploitation et visualisation des données). Sont notamment concernées les données patrimoniales et culturelles et les données de la recherche qu’elles soient nativement ou non nativement numériques, standards ou issues des nouveaux modes de communication (User Data / Open Data …)

J’ai été invitée, au début de cette semaine, à présenter un panorama des enjeux des Humanités numériques (de leurs outils, des questionnements épistémologiques qu’elles soulèvent) en rapport avec la recherche en littérature. Cela a été l’occasion pour moi de passer en revue plusieurs projets qui m’intéressent, mais aussi de formuler des interrogations qui me suivent depuis quelques années maintenant.

Mon intérêt pour le champ des Humanités numériques a émergé au cours de ma thèse, au contact de certaines œuvres de mon corpus : en effet, comme je le rappelle dans cet article, j’ai étudié en particulier deux hypertextes de fiction, œuvres nativement numériques qui ont impliqué des recherches concernant leur dimension littéraire, mais aussi à proprement parler numérique. Ce faisant, et comme je me propose de l’expliquer dans cet article, j’en suis venue à mettre en oeuvre des méthodes qui ont nécessité l’usage d’outils numériques. Autrement dit, pour aborder ces textes – mais aussi d’autres de mon corpus – il m’a fallu mettre un pied dans le vaste domaine des Humanités numériques.

Continuer la lecture de Littérature et humanités numériques

Auteur numérique. Ecrire et publier sur plateforme

Journée d’étude à l’EHESS, les 18 et 19 octobre 2018

Je participe, le jeudi 18 octobre prochain, à une journée d’étude consacrée à la question de l’auctorialité numérique dans le cadre de publications sur plateformes numériques. 

Dans ce cadre, j’ai proposé une communication intitulée “Hypotheses.org et la littérature : de l’atelier du chercheur au carnet de l’essayiste”. Je me donne comme objectif de déterminer la diversité des pratiques des carnetiers dont l’objet principal est la littérature.

Continuer la lecture de Auteur numérique. Ecrire et publier sur plateforme

Le discours de soutenance en Littérature comparée

Cet article est la suite de celui-ci et de celui-là, dans lesquels j’expliquais ce que l’on trouvait généralement dans une introduction et dans une conclusion de thèse en Littérature Générale et Comparée.

Afin d’écrire mon discours de soutenance, j’ai lu et décortiqué deux discours de deux amies brillantes, l’une en littérature française et l’autre en littérature comparée. J’avais eu la chance de pouvoir assister à leurs soutenances respectives et de pouvoir mesurer l’efficacité de leur discours. Elles ont toutes les deux bien voulu me faire parvenir leur discours et je les en remercie.

Cet “échantillon” est moins étendu que dans mes deux précédents articles, et il y a sans doute encore d’autres façons de procéder. Cela dit, les étapes principales restent sensiblement les mêmes. Dans le détail, chaque texte est marqué par la personnalité des deux chercheuses et il me semble que cette donnée est importante.

Pour cet article, je vais exposer rapidement ces différentes étapes rencontrées selon les deux discours, puis les invariants que j’en ai retirés. Je dépose en fin d’article mon propre discours de soutenance, dans la lignée de la démarche de Caroline Muller en Histoire (voir son article ici).

Continuer la lecture de Le discours de soutenance en Littérature comparée

Carnet de recherche de Gaëlle Debeaux