Archives de catégorie : Réflexions

Le discours de soutenance en Littérature comparée

Cet article est la suite de celui-ci et de celui-là, dans lesquels j’expliquais ce que l’on trouvait généralement dans une introduction et dans une conclusion de thèse en Littérature Générale et Comparée.

Afin d’écrire mon discours de soutenance, j’ai lu et décortiqué deux discours de deux amies brillantes, l’une en littérature française et l’autre en littérature comparée. J’avais eu la chance de pouvoir assister à leurs soutenances respectives et de pouvoir mesurer l’efficacité de leur discours. Elles ont toutes les deux bien voulu me faire parvenir leur discours et je les en remercie.

Cet “échantillon” est moins étendu que dans mes deux précédents articles, et il y a sans doute encore d’autres façons de procéder. Cela dit, les étapes principales restent sensiblement les mêmes. Dans le détail, chaque texte est marqué par la personnalité des deux chercheuses et il me semble que cette donnée est importante.

Pour cet article, je vais exposer rapidement ces différentes étapes rencontrées selon les deux discours, puis les invariants que j’en ai retirés. Je dépose en fin d’article mon propre discours de soutenance, dans la lignée de la démarche de Caroline Muller en Histoire (voir son article ici).

Continuer la lecture de Le discours de soutenance en Littérature comparée

Schémas de lecture – House of Leaves, Luminous Airplanes

Cet article constitue une annexe numérique de ma thèse.

Dans la lignée de ce que j’exposais dans un précédent article, il est parfois nécessaire, face à une oeuvre narrative foisonnante, chaotique et discontinue, de réaliser une carte de la lecture. Si les schémas réalisés pendant ma première lecture de 253 de Geoff Ryman gardent la trace de mes choix, ceux effectués lors de la lecture de House of Leaves de Mark Z. Danielewski et Luminous Airplanes de Paul La Farge quant à eux cherchaient à proposer une cartographie exhaustive de toutes les bifurcations possibles. Autrement dit, les deux cartes que je présente ci-dessous peuvent être considérées comme le plan complet de la structure sous-jacente des œuvres. Bien évidemment, des erreurs sont possibles.

Continuer la lecture de Schémas de lecture – House of Leaves, Luminous Airplanes

Première Lecture – 253, de Geoff Ryman

Cet article constitue une annexe numérique de ma thèse.

J’expose, dans ma thèse1, en quoi la lecture d’un hypertexte de fiction peut conduire le lecteur à se faire cartographe : le texte s’offre à lui comme un espace fragmenté et discontinu dans lequel s’orienter, si bien que le moyen le plus simple reste encore, pour pouvoir établir des points de repères, revenir sur ses pas voire relire de la même façon l’oeuvre, de tracer la carte de son itinéraire dans l’oeuvre. C’est une pratique qui est d’ailleurs souvent encouragée par l’oeuvre elle-même, de nombreuses hyperfictions proposant au lecteur, au départ de son “voyage”, une carte de l’oeuvre qu’il s’apprête à parcourir.

Continuer la lecture de Première Lecture – 253, de Geoff Ryman

  1. On peut voir les prémisses de cette réflexion dans cet article : Debeaux, G., « L’Hypertexte et ses prédécesseurs : cartographier un jardin aux sentiers qui bifurquent », dans Repenser le numérique au XXIe siècle, Sinatra, F. et Sinclair, S, Sens Public, février 2015 []

La multiplication des récits : une définition (1)

Ou De l’insuffisance de l’enchâssement

Telles sont les considérations sur lesquelles je m’appuie pour proposer ce que j’appelle “l’hyper-roman”, dont j’ai tenté de donner un exemple dans Si par une nuit d’hiver un voyageur. Mon intention était d’offrir l’essence du romanesque, concentrée en dix amorces de roman qui développent de manière très différente un thème commun, et agissent sur un cadre qu’elles déterminent autant qu’il les détermine lui-même. Fournir les échantillons de la multiplicité potentielle des récits possible : ce même principe est à l’oeuvre dans un autre de mes livres, Le Château des destins croisés, qui veut être une sorte de machine à multiplier les récits […].1

 Italo Calvino, auteur italien bien connu en France2, laisse à la postérité un “aide-mémoire pour le prochain millénaire” sous la forme de cinq – initialement six, mais la mort en a décidé autrement – Leçons prononcées à l’université Harvard en 1985, et qui sont autant de “voeux”3 pour la littérature à venir. Parmi ces Leçons, la cinquième porte sur la notion de “multiplicité”, ce goût pour un récit capable de contenir en soi tous les autres récits, à l’image de ce que projette Borges pour lequel Calvino avoue avoir une “prédilection”4.

Quand j’ai lu pour la première fois Si par une nuit d’hiver un voyageur, c’est précisément cette potentialité narrative qui a exercé sur moi son pouvoir de fascination. Je n’avais pas un roman, mais onze romans, voire douze entre les mains, ou même bien plus si l’on suit toutes les pistes lancées par les divers protagonistes. Je faisais face à une véritable multiplication des récits. Mais le plus fascinant, c’était encore la capacité narrative du roman à me tenir captive dans les mailles de son filet alors même que tout semblait devoir me conduire à le rejeter : Si par une nuit d’hiver un voyageur repose en effet sur le principe récurrent de l’interruption ; chacun des dix incipit enchâssés, qui alternent avec le retour du récit cadre, est incomplet, taillé dans le vif, et laisse son lecteur au mieux agacé, au pire très frustré, au point que l’on puisse envisager d’arrêter la lecture. Ce point précis, c’est-à-dire le paradoxe d’un roman construisant une tension narrative efficace à partir de la frustration même du lecteur, est aujourd’hui l’objet de mes travaux de recherche. Comment fonctionne un tel roman ? Sur quoi reposent ses effets ? Comment peut-on comprendre et analyser sa structure ? A quoi joue-t-il, précisément ?

Continuer la lecture de La multiplication des récits : une définition (1)

  1. Calvino, I., “Multiplicité”, Leçons américaines, Hersant, Y. (trad.), Folio poche, 1989 [1988], p.189-190 []
  2. Je recommande la lecture des notes que Claire Placial lui consacre sur son carnet de recherche, et en particulier celle-ci. []
  3. Calvino, I., “Multiplicité”, op. cit., p.194 []
  4. Ibid., p.187 []