Archives de catégorie : A côtés

La conclusion de thèse en Littérature Générale et Comparée

Cet article est la suite de celui-ci, dans lequel j’expliquais ce que l’on trouvait généralement dans une introduction de thèse en Littérature Générale et Comparée.

Pour établir cette mise au point méthodologique concernant la conclusion, j’ai procédé de la même façon que dans le précédent article : j’ai compilé quelques conclusions pour en tirer les éléments récurrents. Je propose le résultat de cette enquête.

Terrain d’enquête

Je suis repartie des thèses déjà explorées pour l’introduction : comme précédemment, j’ai principalement exploré des travaux en LGC (mais pas uniquement). Cette fois-ci, je n’ai lu que 4 conclusions: 3 en LGC et une en Littérature française (Littérature médiévale).

  • Trois de ces quatre conclusions comptent 12 pages à leur actif, tandis que la quatrième en compte moitié moins (soit 6 pages). Cela représente entre 1,2% et 2,6% de la totalité des pages de la thèse (annexes exclues). Autrement dit, la conclusion de la thèse doit être courte et efficace. J’ai aussi cherché à savoir le rapport de taille entre la conclusion et l’introduction : la conclusion représente généralement entre 30 et 50% de l’introduction (soit entre 1/3 et 1/2 introduction). Cette proportion me paraît intéressante.
  • Aucune de ces conclusions ne porte de titre – contrairement aux introductions qui en étaient parfois dotées -, et trois d’entre elles s’ouvrent sur une citation, d’une oeuvre du corpus ou d’un auteur critique fréquemment convoqué dans le travail, ou bien d’une oeuvre située hors corpus (ce qui permet d’emblée de faire de la conclusion le lieu de l’élargissement de la pensée).
  • Aucune de ces conclusions ne s’organise autour d’un plan apparent. Une des quatre comporte deux ensembles distingués par trois croix (***) indiquant un changement d’objectif. Cependant, il est assez facile de repérer un plan sous-jacent similaire pour chacune des conclusions : comme dans une dissertation, on rassemble d’abord les résultats du développement (la phase Résumé), puis on propose une ouverture de la réflexion.

Résultats

Continuer la lecture de La conclusion de thèse en Littérature Générale et Comparée

L’introduction de thèse en Littérature générale et comparée : méthode empirique

J’inaugure ce carnet de recherche par une voie détournée, c’est-à-dire par une question qui m’a préoccupée ces derniers jours : j’ai mis un point final – mais provisoire – il y a peu au corps de ma thèse, et il me faut maintenant rédiger l’introduction (et la conclusion) de ces 500 pages. Or, c’est un exercice qui me paraît difficile ; j’ai l’impression d’avoir “tout” dit (on n’a jamais tout dit), cependant il manque à mon travail une vision d’ensemble qui lui donne pleinement sens, qui le justifie et le met en perspective. C’est a priori le rôle d’une introduction, qui doit dans le même temps baliser le terrain, poser les jalons de la réflexion et donner l’envie de lire la suite.

Comme l’enjeu me tétanise un peu, j’ai décidé de faire une mise au point méthodologique préalable, à partir d’une technique suggérée par une amie jeune docteure de Littérature médiévale et spécialiste du nom propre (l’introduction de sa thèse est impeccable, elle se reconnaîtra !) : compiler un certain nombre d’introductions pour en faire émerger les éléments clefs, les étapes incontournables et les particularités (comparatiste un jour, comparatiste toujours). Il me semble que le résultat de cette petite investigation empirique pourra intéresser certain.e.s, alors le voici.

Terrain d’enquête

Je réalise une thèse en Littérature comparée : de fait, j’ai dirigé prioritairement, mais pas exclusivement, mon attention vers des thèses de la même discipline. J’ai aussi essayé de m’appuyer sur des travaux proches des miens, soit parce que les thèses en question abordent des enjeux complémentaires, soit parce qu’elles avaient été menées sous la direction de mon DT ou au sein de mon Ecole Doctorale. En définitive, j’ai lu six introductions (c’est peu, mais ça m’a paru déjà suffisant) : deux en Littérature française (littérature médiévale, littérature du XIXe), quatre en Littérature comparée (dont une en francophonie).

  • Quelques chiffres, pour commencer : la plus longue de ces introductions fait trente-six pages, la plus courte, un peu plus d’une dizaine. Je n’ai pas toujours eu accès au nombre total de pages de la thèse mais dans l’ensemble, l’introduction représente entre 3 et 7% de la totalité de la rédaction (annexes exclues). Autrement dit, cela me permet de fixer un premier objectif pour la conception de mon introduction : il faudrait qu’elle fasse environ trente pages (ça m’aide à travailler de pouvoir prendre la mesure de ce que je dois produire).
  • J’ai ensuite essayé de déterminer la façon dont chaque thèse aborde son objet d’étude : comment la délicate phase d’approche est-elle négociée ? La moitié des introductions porte un titre ; une seule s’ouvre par une citation en exergue ; quatre choisissent comme premier paragraphe une citation ou une scène d’une des œuvres du corpus de travail (entrée in medias res ?), tandis que les deux autres préfèrent aborder directement le sujet étudié (entrée en matière théorique). J’ai pour ma part une préférence pour l’ouverture à partir d’une oeuvre du corpus (avec citation ou non).
  • Enfin, mon premier repérage a cherché à mettre au jour l’organisation de ces introductions : se déploient-elles à travers un plan ? Celui-ci est-il fermement structuré ou plus “lâche” que le reste de la thèse ? Toutes les introductions sont architecturées autours de plusieurs points ou catégories. Deux d’entre elles présentent un plan “rigide”, c’est-à-dire en trois grandes parties, avec des sous-parties ; les quatre autres choisissent plutôt de proposer des grandes entrées (thématiques et méthodologiques). Je pense pour ma part opter pour la première solution, quitte à gommer ensuite les sous-parties si l’ensemble me paraît trop fragmenté.

Résultats

Continuer la lecture de L’introduction de thèse en Littérature générale et comparée : méthode empirique