Tous les articles par Gaëlle Debeaux

L’introduction de thèse en Littérature générale et comparée : méthode empirique

J’inaugure ce carnet de recherche par une voie détournée, c’est-à-dire par une question qui m’a préoccupée ces derniers jours : j’ai mis un point final – mais provisoire – il y a peu au corps de ma thèse, et il me faut maintenant rédiger l’introduction (et la conclusion) de ces 500 pages. Or, c’est un exercice qui me paraît difficile ; j’ai l’impression d’avoir “tout” dit (on n’a jamais tout dit), cependant il manque à mon travail une vision d’ensemble qui lui donne pleinement sens, qui le justifie et le met en perspective. C’est a priori le rôle d’une introduction, qui doit dans le même temps baliser le terrain, poser les jalons de la réflexion et donner l’envie de lire la suite.

Comme l’enjeu me tétanise un peu, j’ai décidé de faire une mise au point méthodologique préalable, à partir d’une technique suggérée par une amie jeune docteure de Littérature médiévale et spécialiste du nom propre (l’introduction de sa thèse est impeccable, elle se reconnaîtra !) : compiler un certain nombre d’introductions pour en faire émerger les éléments clefs, les étapes incontournables et les particularités (comparatiste un jour, comparatiste toujours). Il me semble que le résultat de cette petite investigation empirique pourra intéresser certain.e.s, alors le voici.

Terrain d’enquête

Je réalise une thèse en Littérature comparée : de fait, j’ai dirigé prioritairement, mais pas exclusivement, mon attention vers des thèses de la même discipline. J’ai aussi essayé de m’appuyer sur des travaux proches des miens, soit parce que les thèses en question abordent des enjeux complémentaires, soit parce qu’elles avaient été menées sous la direction de mon DT ou au sein de mon Ecole Doctorale. En définitive, j’ai lu six introductions (c’est peu, mais ça m’a paru déjà suffisant) : deux en Littérature française (littérature médiévale, littérature du XIXe), quatre en Littérature comparée (dont une en francophonie).

  • Quelques chiffres, pour commencer : la plus longue de ces introductions fait trente-six pages, la plus courte, un peu plus d’une dizaine. Je n’ai pas toujours eu accès au nombre total de pages de la thèse mais dans l’ensemble, l’introduction représente entre 3 et 7% de la totalité de la rédaction (annexes exclues). Autrement dit, cela me permet de fixer un premier objectif pour la conception de mon introduction : il faudrait qu’elle fasse environ trente pages (ça m’aide à travailler de pouvoir prendre la mesure de ce que je dois produire).
  • J’ai ensuite essayé de déterminer la façon dont chaque thèse aborde son objet d’étude : comment la délicate phase d’approche est-elle négociée ? La moitié des introductions porte un titre ; une seule s’ouvre par une citation en exergue ; quatre choisissent comme premier paragraphe une citation ou une scène d’une des œuvres du corpus de travail (entrée in medias res ?), tandis que les deux autres préfèrent aborder directement le sujet étudié (entrée en matière théorique). J’ai pour ma part une préférence pour l’ouverture à partir d’une oeuvre du corpus (avec citation ou non).
  • Enfin, mon premier repérage a cherché à mettre au jour l’organisation de ces introductions : se déploient-elles à travers un plan ? Celui-ci est-il fermement structuré ou plus “lâche” que le reste de la thèse ? Toutes les introductions sont architecturées autours de plusieurs points ou catégories. Deux d’entre elles présentent un plan “rigide”, c’est-à-dire en trois grandes parties, avec des sous-parties ; les quatre autres choisissent plutôt de proposer des grandes entrées (thématiques et méthodologiques). Je pense pour ma part opter pour la première solution, quitte à gommer ensuite les sous-parties si l’ensemble me paraît trop fragmenté.

Résultats

Continuer la lecture de L’introduction de thèse en Littérature générale et comparée : méthode empirique

La multiplication des récits : une définition (1)

Ou De l’insuffisance de l’enchâssement

Telles sont les considérations sur lesquelles je m’appuie pour proposer ce que j’appelle “l’hyper-roman”, dont j’ai tenté de donner un exemple dans Si par une nuit d’hiver un voyageur. Mon intention était d’offrir l’essence du romanesque, concentrée en dix amorces de roman qui développent de manière très différente un thème commun, et agissent sur un cadre qu’elles déterminent autant qu’il les détermine lui-même. Fournir les échantillons de la multiplicité potentielle des récits possible : ce même principe est à l’oeuvre dans un autre de mes livres, Le Château des destins croisés, qui veut être une sorte de machine à multiplier les récits […].1

 Italo Calvino, auteur italien bien connu en France2, laisse à la postérité un “aide-mémoire pour le prochain millénaire” sous la forme de cinq – initialement six, mais la mort en a décidé autrement – Leçons prononcées à l’université Harvard en 1985, et qui sont autant de “voeux”3 pour la littérature à venir. Parmi ces Leçons, la cinquième porte sur la notion de “multiplicité”, ce goût pour un récit capable de contenir en soi tous les autres récits, à l’image de ce que projette Borges pour lequel Calvino avoue avoir une “prédilection”4.

Quand j’ai lu pour la première fois Si par une nuit d’hiver un voyageur, c’est précisément cette potentialité narrative qui a exercé sur moi son pouvoir de fascination. Je n’avais pas un roman, mais onze romans, voire douze entre les mains, ou même bien plus si l’on suit toutes les pistes lancées par les divers protagonistes. Je faisais face à une véritable multiplication des récits. Mais le plus fascinant, c’était encore la capacité narrative du roman à me tenir captive dans les mailles de son filet alors même que tout semblait devoir me conduire à le rejeter : Si par une nuit d’hiver un voyageur repose en effet sur le principe récurrent de l’interruption ; chacun des dix incipit enchâssés, qui alternent avec le retour du récit cadre, est incomplet, taillé dans le vif, et laisse son lecteur au mieux agacé, au pire très frustré, au point que l’on puisse envisager d’arrêter la lecture. Ce point précis, c’est-à-dire le paradoxe d’un roman construisant une tension narrative efficace à partir de la frustration même du lecteur, est aujourd’hui l’objet de mes travaux de recherche. Comment fonctionne un tel roman ? Sur quoi reposent ses effets ? Comment peut-on comprendre et analyser sa structure ? A quoi joue-t-il, précisément ?

Continuer la lecture de La multiplication des récits : une définition (1)

  1. Calvino, I., “Multiplicité”, Leçons américaines, Hersant, Y. (trad.), Folio poche, 1989 [1988], p.189-190 []
  2. Je recommande la lecture des notes que Claire Placial lui consacre sur son carnet de recherche, et en particulier celle-ci. []
  3. Calvino, I., “Multiplicité”, op. cit., p.194 []
  4. Ibid., p.187 []