La conclusion de thèse en Littérature Générale et Comparée

Cet article est la suite de celui-ci, dans lequel j’expliquais ce que l’on trouvait généralement dans une introduction de thèse en Littérature Générale et Comparée.

Pour établir cette mise au point méthodologique concernant la conclusion, j’ai procédé de la même façon que dans le précédent article : j’ai compilé quelques conclusions pour en tirer les éléments récurrents. Je propose le résultat de cette enquête.

Terrain d’enquête

Je suis repartie des thèses déjà explorées pour l’introduction : comme précédemment, j’ai principalement exploré des travaux en LGC (mais pas uniquement). Cette fois-ci, je n’ai lu que 4 conclusions: 3 en LGC et une en Littérature française (Littérature médiévale).

  • Trois de ces quatre conclusions comptent 12 pages à leur actif, tandis que la quatrième en compte moitié moins (soit 6 pages). Cela représente entre 1,2% et 2,6% de la totalité des pages de la thèse (annexes exclues). Autrement dit, la conclusion de la thèse doit être courte et efficace. J’ai aussi cherché à savoir le rapport de taille entre la conclusion et l’introduction : la conclusion représente généralement entre 30 et 50% de l’introduction (soit entre 1/3 et 1/2 introduction). Cette proportion me paraît intéressante.
  • Aucune de ces conclusions ne porte de titre – contrairement aux introductions qui en étaient parfois dotées -, et trois d’entre elles s’ouvrent sur une citation, d’une oeuvre du corpus ou d’un auteur critique fréquemment convoqué dans le travail, ou bien d’une oeuvre située hors corpus (ce qui permet d’emblée de faire de la conclusion le lieu de l’élargissement de la pensée).
  • Aucune de ces conclusions ne s’organise autour d’un plan apparent. Une des quatre comporte deux ensembles distingués par trois croix (***) indiquant un changement d’objectif. Cependant, il est assez facile de repérer un plan sous-jacent similaire pour chacune des conclusions : comme dans une dissertation, on rassemble d’abord les résultats du développement (la phase Résumé), puis on propose une ouverture de la réflexion.

Résultats

Toujours comme dans l’article précédent, j’ai lu attentivement ces quatre conclusions pour en déterminer les étapes principales et les étapes intermédiaires.

Conclusion de Visions de l’enfant-soldat: construction d’une figure dans les littératures africaines, thèse de Marie Bulté (accessible en ligne)

J’ai obtenu trois ensembles distincts d’éléments à faire figurer dans la conclusion, listés ci-dessous (ils ne sont pas présentés dans l’ordre d’apparition).

  • RESUMER le déroulement de la thèse

Préciser le projet / l’objectif

Contextualiser l’intérêt de la réflexion / son actualité

Rappeler la logique argumentative

Résumer les développements (par chapitre) de façon plus ou moins explicite

Rappeler les grands enjeux et les enjeux intermédiaires

Rappeler les choix méthodologiques / Redonner une filiation de la pensée

  • PRESENTER les résultats

Présenter les résultats de l’enquête

Formuler les acquis sur la notion

Poser sa propre pensée

A partir des hypothèses de départ, affirmer ce qui a été démontré

  • OUVRIR la réflexion

Pointer une lacune, formuler une concession, admettre une faiblesse, exposer une limite

Prolonger la réflexion par un nouvel argument (pour se protéger d’une critique pressentie, notamment), un nouvel exemple (hors corpus), une nouvelle notion.

Ouvrir, donner des pistes de prolongement (suggérer de nouvelles pistes de travail pour la communauté de la recherche).

Plusieurs choses me semblent intéressantes dans ce relevé : d’abord, on constate qu’un certain nombre d’étapes présentes dans l’introduction se doivent d’être reprises dans la conclusion (généralement, de façon plus synthétique / en guise de rappel) ; ensuite, on retrouve dans les quatre conclusions au moins un paragraphe consacré à l’exposition d’un regret (lacune / concession / faiblesse / limite). Ce point me paraît utile et fait véritablement de la thèse un travail de recherche qui n’a pas vocation à être parfait et clos sur lui-même, mais éventuellement amendable dans le cadre de la soutenance.

Par ailleurs, trois questions ressortent de la confrontation de ces quatre conclusions :

  • Faut-il placer la conclusion dans une perspective théorique (et ne plus évoquer le corpus, même comme terrain d’investigation, c’est-à-dire en fin de compte lui supposer une valeur d’exemplarité suffisante qui permette de poser une théorie) ou bien faut-il mettre en perspective les œuvres du corpus (en noyant un peu l’apport théorique du travail) ?
  • La question de la dernière phrase : faut-il choisir une pirouette rhétorique en rapport avec le titre de la thèse et les enjeux de la notion, ou bien faut-il préférer quelque chose de plus sobre ?
  • Enfin, la question des “envolées lyriques” : j’ai remarqué une légère propension, dans certains de ces conclusions, à quelques effusions enthousiastes, très souvent portées par des citations critiques. Peut-on s’autoriser ce type de clôture, et à quel degré ? Faut-il profiter de la conclusion pour marquer son enthousiasme ou bien conserver un ton neutre ?

Je n’ai pas encore de réponse personnelle à ces trois questions, cela dépend évident du reste de la thèse mais, je crois aussi, de la personnalité du ou de la chercheur.se. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.