Séminaire Humanités numériques MSHB – réception et transmission des travaux de Marcello Vitali-Rosati : “Peut-on encore parler de littérature numérique ?”

Je participe, depuis quelques années maintenant, au groupe de travail Humanités Numériques de la MSHB : nous avions organisé (en grande partie grâce à la très efficace Morgane Mignon !) l’an dernier la première séance de notre séminaire intitulé “Transmission et réception des travaux de …” (remplacez les points de suspension par le nom de la ou de l’invité.e, of course), avec en guest star Johanna Drucker. Ce séminaire se déroule en deux temps : une première journée d’étude lors de laquelle l’invité.e donne une conférence, elle-même suivie par un après-midi de discussions orientées par trois communications présentant une réception des travaux de l’invité.e ; une seconde journée (matinée plutôt), en comité restreint (les membres du groupe organisant le séminaire, des étudiant.e.s.), lors de laquelle chaque membre du groupe de travail qui le souhaite peut présenter la façon dont il ou elle utilise / comprend / interroge / transmet les travaux de l’invité.e.

Cette année, ce format a été reconduit et notre invité était Marcello Vitali-Rosati. La journée d’étude a été très riche et a creusé la notion d’éditorialisation. J’ai pour ma part proposé une présentation lors de la séance du lendemain matin, centrée autour de la façon dont les travaux de Marcello Vitali-Rosati interrogent la notion de littérature numérique : j’avais croisé ses propositions pendant ma thèse, et j’avais même brièvement échangé avec Marcello Vitali-Rosati lors de ma toute première communication en 2014, communication qui a ensuite été publiée dans la revue Sens Public qu’il co-dirige. J’ai donc pris le temps de revenir sur ses articles et ouvrages, et cette entreprise a été pour moi très intéressante car elle m’a permis de questionner (voire de remettre en question ?) mes propres conceptions concernant cet objet un peu fuyant qu’est la littérature numérique. Je propose donc ci-dessous le texte de ma présentation, et je dépose également en toute fin d’article le PDF de mon diaporama.

Dans un article consacré aux « enjeux théoriques et pratiques pour l’identification d’un corpus » de « littérature numérique francophone », Marcello Vitali-Rosati écrit ceci : « définir ce qu’est la littérature numérique est une tâche complexe sinon impossible ». J’amorce volontairement mon propos par ce postulat, on va dire, pessimiste car j’aimerais ne pas le partager.

En effet, j’ai l’impression de chercher moi-même depuis plusieurs années une définition à la fois complète, englobante et précise de ce que serait la littérature numérique, sans être parvenue à une solution que je juge satisfaisante. Marcello Vitali-Rosati, et les chercheuses et chercheurs avec lesquels il travaille au Canada – on peut citer Michaël Sinatra, Eric Méchoulan ou encore Servanne Monjour –, proposent de leur côté de faire évoluer le questionnement : ne plus se demander ce que serait cette littérature numérique insaisissable, mais essayer de penser « la littérature à l’ère du numérique ». Servanne Monjour, par exemple, donne ces jours-ci une conférence à l’université de Lille intitulée « La littérature numérique n’existe pas ». J’ai dit à l’instant que j’aimerais ne pas partager ce constat : pour que l’on comprenne pourquoi, il faut que je précise un peu la nature de mes recherches. Dans le cadre de mes recherches, donc, je m’efforce de saisir des enjeux narratifs d’œuvres romanesques qui, pour certaines, prennent la forme de livres imprimés, et qui pour d’autres se déploient sur ce que Marcello Vitali-Rosati nomme « l’espace numérique » – en l’occurrence pour les productions qui m’intéressent, elles prennent la forme d’hypertextes de fiction ou bien elles investissent les réseaux sociaux. Je prête une attention particulière aux œuvres en tant que dispositifs – en quoi le « support » (même si le terme peut être sujet à caution) comporte un certain nombre de caractéristiques investies en tant que contraintes de création ou de réception – et dès lors, il n’est pas anodin que le texte se trouve incarné dans tel ou tel dispositif. Pragmatiquement, j’ai donc besoin de penser l’existence d’une frontière (ou d’un seuil) entre le dispositif du livre et le dispositif numérique, afin de cerner au plus près ce qui se joue dans la narration. C’est pour ces raisons que j’évoquais mon souhait de ne pas partager le constat d’une définition introuvable de la littérature numérique. J’aimerais donc prendre le temps de cette rencontre aujourd’hui pour essayer de poser les bases du débat et tenter d’éclaircir mon propre positionnement en son sein : réfléchir à la notion de littérature numérique à partir de la position de Marcello Vitali-Rosati qui consiste à dire qu’il faudrait plutôt parler, désormais, de « littérature à l’ère du numérique » – et que la littérature numérique n’est plus une notion pertinente.

Pour mener à bien ce débat, j’exposerai d’abord une possible définition de la littérature numérique, de ses débuts électroniques à ce qu’elle recouvre aujourd’hui, et ses limites. Je poserai la question de la nécessité d’un champ spécifique, c’est-à-dire la délimitation d’une zone « littérature numérique » au sein des productions littéraires contemporaines. Je me demanderai également si l’on parle de la même chose, finalement, quand on évoque « la littérature en contexte numérique », la « littérature contemporaine » et « la littérature numérique ». Je terminerai enfin en présentant les quelques raisons pour lesquelles j’ai encore besoin, pour ma part, de tenter d’établir une définition de la littérature numérique : pourquoi j’ai encore besoin de caractériser un champ spécifique intitulé « littérature numérique » au sein de l’espace numérique.

La nécessité de l’identification d’un champ

Marcello Vitali-Rosati rappelle, dans plusieurs des articles qui figurent dans la petite bibliographie [qui se situe au pied de cet article], qu’on parlait plus volontiers au départ de « littérature électronique » que de littérature numérique. Celle-ci apparaît, en tant que champ plus ou moins autonome au sein de la grande catégorie « littérature », au début des années 1990, en même temps qu’émergent les premières œuvres : je ne prétends aucunement à l’exhaustivité ici, mais on peut citer les grands classiques que sont devenus afternoon, a story de Michael Joyce ou encore Victory Garden de Stuart Moulthrop, ou même 253 de Geoff Ryman, tous parus entre 1989 et 1995, les deux premiers sous forme de CD-Rom, le troisième sous la forme d’un site internet – les trois reposant sur le principe de l’hypertexte. C’est un champ qui a pratiquement immédiatement de nets échos dans le monde de la recherche universitaire, en particulier américaine : en effet, ses spécialistes émergent presque dans la foulée des œuvres que je viens de citer, et l’on mentionnera entre autres Georges Landow ou Paul Delany pour les Etats-Unis, un peu plus tard Philippe Bootz et Jean Clément pour le domaine français. Une précision, toutefois : ma présentation peut donner l’impression que la littérature électronique émergerait tout d’un coup, et toute formée, à partir de rien – tout comme ses chercheurs. Bien sûr, il n’en est rien : plusieurs articles de Marcello Vitali-Rosati pointent du doigt l’idée reçue selon laquelle la littérature électronique engloberait une production strictement neuve, et vont à l’encontre d’une idée qui a prévalu pendant un certain temps, selon laquelle la littérature électronique représenterait une forme de révolution des pratiques littéraires. Cette littérature électronique qui émerge dans les années 1990, et qui met à l’honneur l’éclatement et la virtualisation narrative en exploitant le dispositif hypertextuel, mais qui s’attache aussi à explorer les outils permettant l’automatisation de la production littéraire, ou bien encore la mise en mouvement du texte, pris dans un devenir-image, cette littérature électronique donc est bien plutôt à inscrire dans la lignée des avant-gardes du XXe siècle, depuis la poésie sonore jusqu’aux expérimentations oulipiennes, en passant par l’esthétique postmoderne.

On délimitera la première période de théorisation de la littérature dite électronique entre les années 1990 et le milieu des années 2000 : tout le champ est en construction, et on voit émerger plusieurs pistes définitoires ainsi que plusieurs typologies permettant de classer les œuvres en catégories spécifiques, correspondant souvent, comme le relève Marcello Vitali-Rosati dans « La littérature numérique, existe-t-elle ? », à la technique numérique spécifique que l’œuvre exploite (animation textuelle, hypertexte, génération automatique…). Chaque chercheur semble d’ailleurs proposer sa version du champ – comme si, d’emblée, aucune définition ni aucune classification ne parvenait vraiment à faire consensus. Comme le note Marcello Vitali-Rosati, les différentes définitions proposées mettent l’accent sur l’aspect technique de cette production littéraire : un ensemble de chercheurs, parmi lesquels on placera ceux cités, mais aussi Espen Aarseth, Katherine Hayles ou encore Serge Bouchardon, caractérisent la littérature électronique comme une littérature ancrée dans un médium informatique et qui met volontairement l’accent sur son dispositif technique. Ainsi, Philippe Bootz propose une définition dont, faute de mieux, je me suis longtemps servi : la littérature électronique recouvre « toute forme narrative ou poétique qui utilise le dispositif informatique comme un médium et met en œuvre une ou plusieurs propriétés spécifiques à ce médium » ; il ajoute : « un texte littéraire ‘mis sur ordinateur’ ne peut être qualifié de ‘littérature numérique’ que s’il utilise au moins une de ces propriétés en tant que contrainte, c’est-à-dire si l’œuvre fait fonctionner cette propriété de façon constructive ». Autrement dit, comme il l’affirme encore, la littérature numérique renvoie à « un ensemble de propositions qui entrent dans une véritable réflexion sur le dispositif numérique. Il ne s’agit pas, fondamentalement, d’utiliser « par hasard » le dispositif numérique ». Marcello Vitali-Rosati prend appui, dans son article « La littérature numérique, existe-t-elle ? », sur la définition proposée par l’Electronic Literature Organization, organisme qui travaille internationalement à la reconnaissance de la littérature numérique en organisant divers événements scientifiques et en publiant régulièrement un recueil d’œuvres appartenant au champ de la littérature numérique : « Electronic literature, or e-lit, refers to works with important literary aspects that take advantage of the capabilities and contexts provided by the stand-alone or networked computer ». Celle-ci va clairement dans le même sens que la définition de Philippe Bootz, et comme le remarque Marcello Vitali-Rosati, son objectif est à la fois de distinguer dans les pratiques électroniques ce qui est littéraire et ce qui ne l’est pas, et de distinguer dans le champ de la littérature ce qui relève spécifiquement de la littérature électronique ; pour autant, l’ELO ne propose pas de définition de ce que serait la littérature – ce qui est effectivement problématique à plus d’un titre pour caractériser ce champ – et le critère technique retenu est l’usage d’un ordinateur : or, on peut être à peu près sûr, comme le remarque Marcello Vitali-Rosati, qu’un auteur qui écrit aujourd’hui utilise des outils numériques pour mener à bien son projet. Ce n’est donc pas vraiment un critère distinctif – et tout l’enjeu repose sur le sens à donner à « take advantage of ». On en revient à l’idée de Philippe Bootz : un usage de l’outil numérique pensé ou réfléchi – pour ma part, j’aime bien le terme investi – c’est cela qui caractérise la littérature numérique. Mais Marcello Vitali-Rosati remarque que cela reste mince pour établir une frontière, et je suis bien d’accord.

On fait donc face à un certain nombre de limites lorsqu’on définit ainsi la littérature numérique – et il est à noter que la deuxième génération des chercheurs explorant ces œuvres (Alexandra Saemmer, Serge Bouchardon, Marie-Laure Ryan ou Gilles Bonnet par exemple) n’a pas vraiment proposé de définition concurrente : la perspective serait en effet bien plutôt de ne plus chercher à vouloir délimiter un domaine, mais de prendre du recul pour penser les choses de façon plus englobante, étant entendu que le numérique s’étend aujourd’hui à l’ensemble de nos pratiques. Avant d’en arriver à cet enjeu précis – penser la littérature dans la diversité de ses incarnations à l’ère numérique – je voudrais évoquer quelques-unes de ces limites que je viens de mentionner, et que Marcello Vitali-Rosati expose avec force dans ses articles.

  • Première limite : le risque de l’essentialisation, qui en vient à considérer le support de l’œuvre comme « le lieu d’inscription d’un contenu », autrement dit une forme statique vide ayant des caractéristiques propres et immuables (« Le numérique est-il un support ? II »). Et c’est bien ce que l’on peut déduire d’une définition qui considère que l’œuvre numérique exploite les spécificités de son support. Il y a essentialisation parce que l’on considère la technologie comme ayant une « logique interne autonome » (p.33) qui dicterait ses règles aux productions artistiques (« Littérature numérique : changements et continuité»).
  • Deuxième limite, déjà évoquée, et qui découle de la première : cette constitution du champ de la littérature électronique comme ensemble autonome à partir de contraintes intrinsèques au support électronique crée l’illusion d’une forme de révolution littéraire, esthétique. Or, « le numérique n’est pas une révolution, mais la convergence de plusieurs éléments culturels qui, depuis longtemps, existent séparément » (« Le numérique est-il un support ? II »). Et c’est à partir de ce constat que Marcello Vitali-Rosati affine la lecture que l’on peut avoir de la situation : il soutient en effet qu’« il y a une continuité dans les pratiques, mais qu’il y a une rupture dans les processus d’institutionnalisation de ces pratiques » (« Littérature papier et littérature numérique, une opposition ? »). Son hypothèse est alors forte : « Probablement qu’après ce changement institutionnel, on arrêtera de parler de numérique. Ce mot ne sert qu’à signifier la nécessité d’une évolution des institutions pour mieux refléter la réalité des pratiques. C’est alors qu’on pourra se concentrer à nouveau sur ce que nous lisons sans besoin de classer le contenu dans la catégorie ‘papier’ ou ‘numérique’ » (« Littérature papier et littérature numérique, une opposition ? »). Je dois bien dire que c’est une hypothèse qui m’interroge fortement.
  • Troisième limite : l’impossibilité de faire émerger dans ces définitions et ces catégories les œuvres et pratiques émergentes. On ferait en réalité face à un paradoxe consistant à vouloir typologiser et fixer un champ encore extrêmement mouvant.

Pour ces raisons, il devient nécessaire d’envisager la production littéraire exploitant le dispositif numérique comme un mouvement double dans lequel ni l’œuvre ni son dispositif ne préexisteraient ou ne pourraient être distingués l’un de l’autre ; plus encore, il faudrait replacer les œuvres que l’on situe dans ce champ dans un cadre plus large qui serait celui de l’ère numérique, en s’interrogeant sur « ce que devient la littérature à l’époque du numérique ». Si je dois bien avouer que la lecture des articles de Marcello Vitali-Rosati m’a convaincue de la pertinence de ces mises en garde, pour autant je continue à m’interroger : si l’on ne peut plus parler de « littérature électronique » ou numérique aujourd’hui, cela signifie-t-il pour autant que le champ ainsi désignéa disparu, tout comme la nécessité de penser des limites, des caractéristiques, des hybridations ?

Littérature numérique ou à l’ère numérique ?

Il me semble que pour pouvoir tenter de construire une amorce de réponse à cette question, il faut en revenir à ce que recouvre l’expression « littérature à l’ère du numérique ». Je rappelais à l’instant le constat selon lequel tous les écrivains aujourd’hui sont des écrivains numériques – tout comme tous les chercheurs sont des chercheurs numériques. A ce propos, j’aime bien citer un extrait du roman L’Âme des horloges de David Mitchell, roman qui ne traite pas du tout des enjeux qui m’occupent ce matin mais qui dessine nettement le portrait de cet écrivain à l’ère numérique : je cite, c’est un personnage d’écrivain qui s’exprime, « En ce qui concerne la plupart des écrivains de l’ère numérique, écrire c’est réécrire. Nous sélectionnons, coupons, groupons, collons et modifions, nous qui cherchons de l’or sur nos écrans en tamisant des seaux entiers de déchets. Nos ancêtres de l’ère analogique devaient fignoler chaque ligne de texte dans leur tête avant de le taper. Corriger leur demandait des mois de travail, des mètres de ruban encreur et des pintes de Tipp-Ex » (p.474 éditions L’Olivier). Qu’il le veuille ou non, l’écrivain contemporain serait donc pris dans cette ère numérique et ses outils – et choisir de ne pas les utiliser, par exemple, et d’en rester aux pratiques de ceux désignés comme les « ancêtres », serait une forme de revendication qui ne se comprend que parce que nous sommes, bel et bien, immergés dans cette ère numérique. François Bon, dans Après le livre en 2011, ne disait pas autre chose, tout en ajoutant que la focalisation sur les mutations des pratiques et des formats de publication relevait sans doute d’une sorte d’obsession – et que celle-ci, se traduisant par le besoin de nommer, de distinguer, de comparer les supports et leurs possibles plutôt que de lire les œuvres, n’était probablement qu’un « épiphénomène ».

S’il est donc entendu qu’un écrivain contemporain est un écrivain de l’ère numérique, pour autant je ne suis pas certaine que nous ayons fait autre chose que déplacer la difficulté : en effet, on ne cherche plus à déterminer les caractéristiques d’une littérature dite numérique vis-à-vis de la littérature en soi, mais il s’agit toujours de comprendre ce que peut recouvrir le terme « numérique », dans l’expression « ère numérique ». Marcello Vitali-Rosati a exploré cette difficulté dans un certain nombre de travaux, parmi lesquels le chapitre qu’il consacre à la définition du terme dans l’ouvrage Pratiques de l’édition numérique qu’il a codirigé avec Michaël Sinatra en 2014. Voici ce qu’il propose :

« Il y a encore quelques décennies, on pouvait considérer les technologies informatiques comme des outils puissants et aux fonctions multiples capables d’aider les hommes dans plusieurs champs de la production industrielle et culturelle. Aujourd’hui, cette définition serait du moins réductrice, sinon complètement fausse : le numérique est l’espace dans lequel nous vivons. Il ne s’agit plus d’outils au service des pratiques anciennes, mais d’un environnement dans lequel nous sommes plongés, qui détermine et façonne notre monde et notre culture ».

Deux termes clefs sont à retenir ici : le numérique ne recouvre pas un ensemble d’outils et de pratiques mais correspond à un espace, un environnement « dans lequel nous sommes plongés » – auquel on ne peut échapper, diraient certains. Plus largement, je pense que l’on peut sans difficulté soutenir l’idée que le numérique est une culture.

De quoi parle-t-on alors quand on parle de « littérature à l’ère du numérique » ? C’est encore une fois dans l’article « La littérature numérique, existe-t-elle ? » que l’on peut trouver la réponse :

« La thèse que je veux démontrer dans cet article est que ce changement d’adjectif cache un changement du statut théorique de l’objet que l’on essaie de définir. […] Le passage à l’adjectif “numérique” détermine un changement de perception : désormais, on se réfère davantage à un phénomène culturel qu’aux outils technologiques et, dans cette perspective, l’enjeu n’est plus d’étudier les œuvres littéraires produites grâce à l’informatique, mais de comprendre le nouveau statut de la littérature à l’époque du numérique ».

En d’autres termes, l’enjeu serait désormais plutôt de replacer la littérature en tant que pratique au sein de cette culture numérique qui nous englobe – avec l’idée corollaire peut-être inattendue que toute littérature contemporaine est une littérature qui entretient un rapport avec le numérique. Je pense que cette conséquence est encore très largement sous-explorée dans le champ des recherches littéraires sur le contemporain. On voit se définir ici une lecture qui sera reprise par Gilles Bonnet en 2017, dans son ouvrage Pour une poétique numérique. Littérature et Internet : il y affirme, en introduction, l’idée que le numérique serait en soi un espace forgé par la diversité des pratiques qui s’y déploient. Il ne s’agit plus de prendre comme critère la notion de dispositif, mais d’envisager le site, le blog ou la plateforme de publication comme un lieu (Gilles Bonnet emploie également la notion d’environnement numérique que j’ai cité à l’instant chez Marcello Vitali-Rosati), lieu donc qui n’informe pas tant la forme du texte, sa disposition, que la pratique d’éditorialisation dont nous avons parlé hier.

La littérature contemporaine serait donc à inscrire dans cet espace numérique, que Marcello Vitali-Rosati explore depuis plusieurs années maintenant : il ne s’agit plus de, je cite, « regarder le numérique en tant que dispositif de médiation (et donc comme un support qui structure différemment ce qui était structuré dans un autre support) » mais de « l’envisager en tant qu’espace architectural ». Le numérique est un espace dans lequel on viendrait performer, et qui « agence et façonne notre action », comme le suggère Marcello Vitali-Rosati dans sa note de blog « Le numérique est-il un support ? II ». Dans cette perspective, l’écrivain contemporain peut devenir, dès lors qu’il choisit d’investir cet espace numérique qui lui préexiste en tant que somme de toutes les interactions antérieures, l’écrivain contemporain donc peut devenir l’architecte de cet espace numérique, au même titre que d’autres instances qui façonnent nos pratiques numériques – Google, Facebook et autres géants du net. Je trouve cette idée assez stimulante dans le sens où elle semble faire de l’écrivain à l’ère du numérique peut-être la figurant d’un résistant aux logiques d’homogénéisation de cet espace architectural : je pense ici au travail que mène Alexandra Saemmer sur Facebook avec Nouvelles de la colonie, œuvre collaborative fondée par l’interaction de profils fictifs (et d’utilisateurs autres) gravitant autour du personnage d’Anna-Maria Wegekreuz, et dont l’objectif est de tenter de subvertir les logiques sous-jacentes de la plateforme elle-même – qui impose certains choix dans l’écriture, qui refuse l’anonymat, et qui peut même fonctionner comme outil de génération textuelle poétique : venir grignoter de l’intérieur la plateforme pour y agir à contrepied.

A cette étape de ma réflexion, j’aimerais tenter de ressaisir un peu les conséquences de ces hypothèses. On ne considère plus le numérique comme un ensemble d’outils électroniques au service de l’écrivain, qui les exploiteraient pour ce qu’ils permettent par nature, écrivain qui dès lors modèlerait son œuvre en fonction de ces contraintes sur lesquelles il n’aurait aucune force d’action. On le considère plutôt comme un espace, un environnement dans lequel l’écrivain est pris, qu’il choisisse d’écrire spécifiquement sur le web ou qu’il choisisse d’en passer par les voies plus traditionnelles de la publication éditée, dite papier. La ligne de démarcation ne serait plus à tracer entre le livre et le numérique, mais entre le choix conscient, revendiqué, ou subi, fait par l’écrivain d’investir l’espace numérique comme lieu de création ou non. Cet espace numérique lui-même n’est pas une entité autonome et fixée mais un environnement en mouvement et sans cesse façonné par les usages – dans lesquels s’inscrit l’œuvre littéraire. Au terme de cette reformulation, j’aimerais à mon tour émettre une hypothèse : si la frontière entre littérature et littérature numérique semble être largement affaiblie, il me semble pourtant qu’elle ne disparaît pas entièrement, mais qu’elle se déplace du côté du geste de l’écrivain. Gilles Bonnet, dans l’ouvrage que je citais précédemment, fait ainsi la différence entre celui qu’il appelle l’écrivain et celui qu’il appelle l’écranvain : ce dernier se caractériserait par une démarche active d’investissement et de modelage de l’environnement numérique, là où le premier, également pris dans les filets de l’ère numérique, oscillerait entre un usage non créatif d’internet (se servir du web pour prolonger sa propre promotion par exemple), une posture d’ignorance ou même de dédain.

Pourquoi j’ai encore besoin de parler de « littérature numérique »

J’aimerais donc terminer mon propos en exposant les quelques questions qui subsistent pour moi au terme de cette exploration de la littérature à l’ère du numérique, notamment en regard de l’approche qui est la mienne dans mes recherches. Il me semble que la remarque précédente concernant la distinction, postulée par Gilles Bonnet, entre écrivain et écranvain, justifie le fait que l’on puisse encore tracer des frontières entre les pratiques, et qu’on puisse analyser ces pratiques dans une perspective de différenciation – mais c’est probablement la comparatiste qui parle ici : j’ai sans doute besoin de ces frontières pour pouvoir effectuer distinctions et rapprochements.

Dans cette lignée, et sans que cela n’enlève rien au fait que l’approche mérite d’évoluer, il me semble que l’intérêt majeur des premières approches de la littérature numérique, tendant à l’identifier comme un champ spécifique avec des caractéristiques propres liées aux outils, aux supports et aux dispositifs, réside dans l’attention qu’elles ont porté à la matérialité du texte. Distinguer littérature numérique et littérature imprimée, c’est pointer du doigt le fait que le texte n’a pas naturellement vocation à s’incarner dans un objet spécifique que serait le livre. Cette remarque paraît anodine mais elle ouvre la porte à la prise en compte du rapport entre textualité et matérialité, qui est longtemps resté un impensé dans la recherche en littérature. C’est un des enjeux que j’explore dans la littérature contemporaine – de quelle façon un livre peut tout aussi bien être un espace architecturé par l’écrivain qu’une œuvre numérique, par exemple – et les premières théorisations autour de l’objet littérature électronique ont eu pour moi une forte portée heuristique. Mais je pense là rejoindre un postulat partagé par Marcello Vitali-Rosati, qui écrit, dans un article co-signé par Servanne Monjour et Gérard Wormser, qu’ils « ne consid[èrent] pas le numérique comme un vecteur de changements majeurs, mais comme un révélateur faisant apparaître de manière plus explicite que jamais des aspects ontologiques qui, en tant que tels, ont une valeur atemporelle » (« Le fait littéraire au temps du numérique. Pour une ontologie de l’imaginaire »).

De la même façon, je considère les premières approches visant à caractériser un champ spécifique de la littérature numérique comme utiles d’un point de vue pédagogique : cette année, les étudiants de M2 du master Littérature générale et comparée de l’université Rennes 2 ont pu bénéficier au premier semestre d’un séminaire intitulé « texte et culture numérique », partagé entre une collègue et moi. J’ai pu constater à cette occasion la complète ignorance des étudiants – très logique compte-tenu de la nature des enseignements de littérature à l’université française – de l’existence même d’une création littéraire non seulement sur internet (ce qu’ils pouvaient finalement imaginer, certains d’entre eux ayant une pratique de la fanfiction) mais également exploitant les outils du numérique – les algorithmes, les logiciels, etc. Il a donc été nécessaire d’abord de construire ce champ et d’en établir les frontières provisoires, pour ensuite pouvoir l’intégrer au sein de ce qu’on appelle littérature – qu’il ne fallait plus comprendre comme métonymie pour « littérature imprimée ». L’objectif final reste bien, en définitive, d’élargir l’assise de la définition de ce qu’est la littérature et de ce qu’est le texte littéraire – plutôt que de fabriquer des catégories hermétiques les unes aux autres – tout en attirant l’attention sur des enjeux propres aux œuvres en régime numérique : leur diffusion, leur légitimité, mais aussi leur fragilité. J’aime bien généralement évoquer le cas de l’œuvre 253 de Geoff Ryman, que j’ai cité au début de mon propos tout à l’heure : il s’agit d’un des premiers hypertextes de fiction publié sur le web, en 1995, et l’œuvre est restée en ligne, vaillamment, jusqu’à mes débuts de thèse ; mais elle a disparu une première fois, en 2015, alors que j’en étais à la phase de rédaction – probablement à cause d’un abonnement non honoré à un serveur en ligne hébergeant le site. J’ai pu contacter l’auteur, l’œuvre a été remise en ligne, et puis a de nouveau disparu deux ans plus tard : mais cette fois-ci, pas moyen de la faire réapparaître. Récemment, j’ai même pu constater que l’adresse du site qui l’hébergeait renvoyait désormais à un site personnel de l’auteur qui ne fait plus du tout mention de l’œuvre, qui semble aujourd’hui être définitivement perdue (même si la Wayback Machine semble l’avoir préservée). Même si l’on souhaite éviter l’essentialisation des outils menant à la création littéraire sur internet, il est absolument nécessaire d’avoir une claire conscience de leur fonctionnement et leurs traits intrinsèques : travailler sur un objet comme celui-ci implique de s’interroger sur son support et sa pérennité, qui est par nature plus fragile que le livre papier (on peut penser, dans la même lignée, à l’annonce toute récente de la plateforme MySpace qui lors d’une migration de serveur a perdu tous les fichiers musicaux chargés par les utilisateurs entre 2003 et 2015). Le chercheur, la chercheuse doit faire quelque chose de cette information : la prendre en compte dans ses stratégies de recherche (comment sauvegarder une œuvre pour que l’on puisse encore l’explorer malgré sa disparition probable ?), ou bien le prendre en compte en tant que caractéristique de l’œuvre (une œuvre numérique serait alors par essence marquée par une évanescence potentielle).

Reste une difficulté majeure, mais qui me semble propre à tout travail sur le contemporain : si je continue de postuler, envers et contre tout, l’existence d’un champ « littérature numérique » (aux frontières conçues bien plus comme des seuils, des lieux de passages et d’échanges), comment alors identifier les œuvres appartenant à ce champ, sans en revenir à des classements qui figent ou à des définitions qui excluent ? En effet, j’ai souvent été frappée dans les définitions initiales de la littérature numérique par le fait qu’un des arguments les plus évidents – la littérature numérique c’est la littérature qui exploite le numérique de telle sorte que le texte ne pourrait être imprimé sans être dénaturé – est aussi un des plus excluants : si on accepte cette définition, alors on ne peut y faire entrer les pratiques littéraires du blog ou de la fanfiction, car une note de blog imprimée sur papier, voire publiée en livre (comme le fait par exemple Eric Chevillard avec L’Autofictif) contient le même texte. Or, si le texte est le même, le geste, lui, diffère : on ne fait pas la même chose quand on soumet les chapitres de sa fanfiction aux lecteurs de sa communauté et quand on envoie un manuscrit à une maison d’édition. On en revient à la définition proposée par Gilles Bonnet, non plus de la littérature numérique, mais de l’écrivain numérique, de l’écranvain : et la frontière s’est bel et bien déplacée de la nature du texte à la nature du geste d’écriture.

Ce point est important, car il sous-tend les logiques de recueil et de préservation des productions littéraires en contexte numérique – des productions littéraires sur internet : je renvoie ici, pour clore mon propos, au très riche article « La littérature numérique francophone : enjeux théoriques et pratiques pour l’identification d’un corpus », qui dresse un tableau complet des écueils et des points de vigilance dans toute entreprise de recension des œuvres de littérature numérique. Car, il faut le rappeler, la première difficulté du chercheur ou de la chercheuse qui s’intéresse à ces objets est bien de les trouver. Plusieurs bases de données existent : j’ai évoqué la collection de l’ELO, on peut citer aussi le répertoire du laboratoire NT2, ou encore la plateforme européenne ELMCIP, qui toutes recueillent et établissent des fiches, avec des catégories de classements, des œuvres qui peuvent correspondre à l’étiquette « littérature numérique ». Marcello Vitali-Rosati, dans son article, pointe du doigt les manques et les faiblesses de ces bases de données, ce qui lui donne l’occasion de poser les fondements de ce que pourrait être une nouvelle tentative de recension, plus ouverte, correspondant à une définition plus englobante de la littérature numérique :

« Le besoin d’un autre type de répertoire, basé sur des présupposés épistémologiques différents, naît de la frustration partagée que cette démarche entraîne. Cette frustration est en partie déterminée par une indéniable évolution des pratiques qui a progressivement poussé les chercheurs à regarder le numérique comme un phénomène culturel davantage que comme un changement purement technique ».

J’aimerais donc clore cette intervention par une question, adressée à Marcello Vitali-Rosati, et qui consiste à prendre des nouvelles de cette base de données : l’article en question date de 2017 et construit les bases théoriques d’une telle base de données, mais avez-vous eu la possibilité de commencer à la fabriquer ?

[Marcello a bien répondu à ma dernière question : la plateforme a été élaborée, elle est encore dans les tuyaux !]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.