Littérature et humanités numériques

Outils, méthodes, questionnements

L’université de Rennes 2 propose, en bidiplomation, un Master Humanités numériques, ainsi présenté :

[Ce master propose une] formation pluridisciplinaire qui a pour objectif principal d’accompagner le tournant numérique de la recherche en Arts, Lettres, Langues, et Sciences humaines et sociales. Plus précisément, le master a pour objectif de transmettre les méthodes et les compétences de co-construction du savoir et de diffusion de la connaissance. […] Il s’agira, au terme de la formation, de pouvoir maîtriser l’ensemble du processus de traitement des données scientifiques (constitution de corpus, analyse, traitement, exploitation et visualisation des données). Sont notamment concernées les données patrimoniales et culturelles et les données de la recherche qu’elles soient nativement ou non nativement numériques, standards ou issues des nouveaux modes de communication (User Data / Open Data …)

J’ai été invitée, au début de cette semaine, à présenter un panorama des enjeux des Humanités numériques (de leurs outils, des questionnements épistémologiques qu’elles soulèvent) en rapport avec la recherche en littérature. Cela a été l’occasion pour moi de passer en revue plusieurs projets qui m’intéressent, mais aussi de formuler des interrogations qui me suivent depuis quelques années maintenant.

Mon intérêt pour le champ des Humanités numériques a émergé au cours de ma thèse, au contact de certaines œuvres de mon corpus : en effet, comme je le rappelle dans cet article, j’ai étudié en particulier deux hypertextes de fiction, œuvres nativement numériques qui ont impliqué des recherches concernant leur dimension littéraire, mais aussi à proprement parler numérique. Ce faisant, et comme je me propose de l’expliquer dans cet article, j’en suis venue à mettre en oeuvre des méthodes qui ont nécessité l’usage d’outils numériques. Autrement dit, pour aborder ces textes – mais aussi d’autres de mon corpus – il m’a fallu mettre un pied dans le vaste domaine des Humanités numériques.

Cette précision me paraît nécessaire à l’ouverture de ce propos : je ne prétends pas en effet dresser ici un portrait complet de ce que fait le.a chercheur.se en littérature et en Humanités numériques, et la plupart des outils que je vais présenter ne font pas partie de ceux que j’utilise. J’aimerais surtout établir des perspectives, et poser des questions. En particulier, une : si l’on en croit Marin Dacos et Pierre Mounier, le mouvement des humanités numériques serait « parti de la linguistique et des études littéraires » (dans Humanités numériques. Etat des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international) ; mais la question se pose aujourd’hui de déterminer les usages effectifs et potentiels des outils numériques dans le champ de la recherche littéraire, voire de mesurer la place que la discipline littéraire occupe dans le champ des Humanités numériques – car cette idée que la littérature est le point de départ des Humanités numériques ne me paraît pas aller de soi.

Les outils numériques pour la recherche en littérature

Préambule : recherche en littérature vs recherche en linguistique

Que veut encore dire lire un texte aujourd’hui ? J’aime particulièrement, à ce propos, citer un extrait de Si une nuit d’hiver un voyageur d’Italo Calvino : il s’agit du chapitre dans lequel on lit le journal de Silas Flannery, auteur souffrant du syndrome de la page blanche et rencontrant plusieurs de ses lecteurs/lectrices, parmi lesquel.le.s Lotaria, une lectrice un peu particulière en ce qu’elle a pour habitude de lire des livres avec un objectif, celui de les analyser. Car oui, Lotaria n’est pas n’importe quelle lectrice : c’est une lectrice universitaire. Et c’est un peu la cible de Calvino dans ce roman. Dans ce chapitre en question, elle avoue ne pas pouvoir lire les romans que lui a prêtés l’auteur : non pas parce qu’elle les aurait oubliés chez elle, mais bien parce qu’elle n’a pas avec elle son “élaborateur électronique”, cet outil qui lui permet de “disposer d’une lecture déjà achevée” et qu’elle n’aurait plus qu’à analyser. Le rêve !

Bien sûr, cette pratique de la lecture est plutôt une sorte de cauchemar pour Calvino, qui par la voie de Silas Flannery pousse à son terme la potentielle absurdité d’une telle pratique.

Tout à coup, la lecture se renverse et devient source de création potentielle : on retrouve alors le Calvino attentif aux innovations informatiques de son temps, qui dans “Cybernétique et fantasmes” se plaît à imaginer ce que pourrait être un robot littéraire qui nous débarrasserait enfin de l’auteur, cet encombrant sujet qui depuis trop longtemps détourne l’attention de ce qui compte vraiment, aux yeux de l’auteur italien : la lecture.

Face à ce passage, un doute m’assaille : est-ce ainsi que l’on procède lorsque, chercheur.se en littérature, on utilise des outils numériques? Lire le texte littéraire par le prisme des Humanités numérique devient-il une décomposition en petites unités lexicales, uniquement intéressantes pour leur fréquence ou leur singularité ? Evidemment, le texte de Calvino est caricatural et vise à susciter un rire de connivence à l’encontre de cette “mauvaise” lectrice – par opposition à sa sœur, Ludmilla, qui lit pour le plaisir, pour l’expérience qu’offre le livre à celle ou celui qui lui accorde son attention. Nous voilà sauf : l’objectif dont il faut se méfier, c’est bien l’instrumentalisation de la littérature à des fins autres que l’oeuvre elle-même et sa compréhension ; dans le cadre des Humanités numériques, il s’agirait juste d’accompagner notre expérience de réception d’instruments pour mieux la comprendre – et par ricochet pouvoir expliquer ce qui la produit, dans sa richesse, dans le texte lui-même.

Par ailleurs, cet extrait est également intéressant pour comprendre pourquoi Marin Dacos et Pierre Mounier supposent que les Humanités numériques seraient nées de la linguistique et des études littéraires : comme on le voit dans cet extrait, dès 1979 (date de parution en Italie du roman) des outils semblables à cet “élaborateur électronique” existent, et permettent de mener des analyses statistiques sur les textes. Si Lotaria s’en sert à des fins d’analyse “littéraire” (cependant on peut en douter…), ceux-ci servent in fine bien plus à mener des analyses linguistiques, s’inscrivant dans le champ des sciences du langage qui s’intéressent au langage comme matériau, dans le but de saisir, comprendre et analyser son fonctionnement. Les outils numériques permettent d’automatiser ou de systématiser cette approche, beaucoup plus laborieuse quand elle est manuelle. On entre alors dans les domaines de la lexicométrie, de la textométrie, de la stylométrie, voire de la “stylistique outillée“.

C’est ce que permet de faire par exemple la base de données Frantext :

A cette base de données est associé le très riche et très utile portail du CNRTL. L’ensemble permet de faire de la “linguistique computationnelle”, en offrant des outils d’analyse au niveau du mot, donnant accès au contexte restreint d’occurrence du terme recherché, permettant une complexification de l’approche, une historicisation des usages, etc. Mais une base de données comme Frantext (qui est payante, soit dit en passant) ne permet pas à l’utilisateur d’accéder aux œuvres intégrales : preuve, à mon sens, que l’usage qu’elle autorise ne correspond pas à la majorité des approches de la recherche en littérature.

La question doit donc encore être posée : quels outils numériques, quelles méthodes utilisent les chercheur.se.s en littérature, en particulier lorsque leur approche n’est pas quantitative mais vise plutôt, par une pratique qualitative, à établir une poétique, interroger un ancrage social, évaluer des modalités de réception ?

Perspective 1 : établir les textes

Une première perspective concerne l’établissement des textes : par exemple, l’ensemble des textes qui figurent dans la base de données Frantext ont subi une transformation, et il est intéressant de s’interroger sur ce processus ainsi que sur l’état final du texte (conserve-t-on l’accès à sa matérialité – peut-on voir le manuscrit s’il s’agit d’un texte ancien par exemple ?). Dans le cas de Frantext, le texte ne conserve pas la trace de sa propre matérialité (pas d’accès au manuscrit). Chaque texte ainsi transcrit est associé à des métadonnées, qui permettent de l’identifier et d’établir des catégories.

Tout texte intégré dans une base de données implique alors un questionnement autour de son format et de son encodage. La TEI intervient pour permettre d’établir un langage d’encodage commun, comme l’explique dans sa définition Lou Burnard (Qu’est-ce que la Text Encoding Initiative ? [en ligne]. Marseille : OpenEdition Press, 2015) :

Son but est de fournir des recommandations pour la création et la gestion sous forme numérique de tout type de données créées et utilisées par les chercheurs en sciences humaines, comme les sources historiques, les manuscrits, les documents d’archives, les inscriptions anciennes et bien d’autres

Autrement dit, le texte devient une donnée : ce passage-là n’est pas anodin pour le.a chercheur.se en littérature.

La TEI est souvent présentée comme une “nouvelle philologie”, la philologie étant une discipline voisine des études littéraires s’attachant à l’étude d’un document dans une langue donnée, dans le but de produire des éditions de textes. Elle ouvre la porte à la possibilité de créer toutes sortes de bases de données littéraires, sortes de vastes bibliothèques numériques dont Gallica est l’un des exemples les plus connus. Cette “bibliothèque numérique” portée par la BNF est issue d’un gros travail philologique et d’édition numérique, et permet au chercheur ou à la chercheuse d’accéder à tout un ensemble de textes, manuscrits, lettres, journaux, etc., dans leur matérialité : selon les époques de spécialisation, on peut accéder aux manuscrits des œuvres, ou bien à diverses ressources entourant les œuvres.

Une recherche sur Flaubert permet d’accéder aux œuvres de l’auteur français (et à tout un ensemble de documents complémentaires) tandis qu’une recherche sur Calvino ne donne accès qu’à des archives autour de l’oeuvre : tout simplement parce que les productions calviniennes n’appartiennent pas encore au domaine public. On touche là une limite de l’usage de ces outils pour la chercheuse que je suis en littérature contemporaine : les bases de données peuvent être les plus complètes possible, elles ne me permettent pas d’y trouver les œuvres des auteurs que j’étudie. Les sources secondes que j’y trouve, bien sûr très intéressantes, ne constituent cependant pas le matériau premier sur lequel je travaille.

Cette limite mise à part, on trouve des projets très intéressants autour de cet enjeu de l’édition numérique, par exemple le projet ENCCRE mettant en valeur un manuscrit de L’Encyclopédie ou encore le projet ELAN visant à la numérisation et l’édition (numérique et papier) des manuscrits de Stendhal conservés à Grenoble. Ces entreprises éditoriales numériques offrent la possibilité d’explorer les différents états d’une oeuvre, avant même sa publication entraînant la fixation du texte : on entre alors dans le champ des études de génétique textuelle, où l’on retrouve par exemple les recherches menées par le Centre Flaubert autour des brouillons de l’auteur (les brouillons de Madame Bovary comme de Bouvard et Pécuchet sont ainsi entièrement accessibles en ligne), ou bien le projet eBalzac.

Alexandre Gefen, dans “Les enjeux épistémologiques des humanités numériques“, propose une synthèse des problématiques soulevées par ces différentes entreprises d’édition numérique de textes littéraires :

Convertir des récits en des bases de données, passer de la narration ou de la diction à de l’information, c’est identifier des noms et des concepts signifiants, transposer des typographies et des mises en pages, annoter un texte « à l’ancienne » ou avec des outils collaboratifs innovants, démembrer une structure en repérant l’énonciation éditoriale et les enjeux esthétiques des supports. Il s’agit de déterminer ce qui relève du texte ou du paratexte, d’identifier des structures, de choisir les normes orthographiques, en faisant à chaque fois le distinguo entre information signifiante et information négligeable.


Les méthodes permettant de faire de l’œuvre littéraire un ensemble de faits textuels ordinaires, examinables empiriquement dans leur connexion à d’autres faits textuels ou références, et susceptibles de comparaisons, supposent donc le recours à un savoir philologique et historique ancien avant toute expérimentation, et exposent donc tout savoir empirique aux aléas des conditions de sa constitution

Cette dernière remarque n’est pas anodine : éditer numériquement un texte, c’est déjà faire des choix dans ce que l’on conserve, ce que l’on traduit et de quelle façon on le fait. Ces choix correspondent à une certaine interprétation préalable, qui oriente nécessairement les investigations futures. Un.e chercheur.se travaillant à partir de telles bases de données doit en être conscient.e et le prendre en compte – tout comme un.e chercheur.se en littérature comparée qui travaillerait à partir d’œuvres en traduction prend en compte le rôle du traducteur ou de la traductrice : il s’agit en quelque sorte d’un filtre, lui-même très instructif, entre le texte et moi. De la même façon, le.a chercheur.se doit s’interroger sur l’interface lui permettant d’accéder aux textes : quelles recherches permet-elle, qu’interdit-elle, comment oriente-t-elle l’investigation ?

Ces pratiques (établir par la base de données des corpus de travail) posent la question de la place de l’interprétation dans les Humanités numériques : doit-elle intervenir après l’utilisation de l’outil qui permet de rassembler les données et de produire une analyse ? Avant même la sollicitation de l’outil, dans sa conception ?

Perspective 2 : explorer les textes

C’est à partir de ces bases de données généralement séculaires, thématiques ou liées à un auteur que va s’effectuer le travail de conception d’un corpus d’étude et d’analyse. Un des enjeux ici est la confrontation de deux approches : distant et close reading.

  • Le close reading, souvent traduit par “lecture rapprochée” (ou “attentive”), relève globalement de l’explication de texte, avec focalisation sur un extrait court, dont on va décortiquer le fonctionnement et les effets. C’est généralement ce que l’on pratique dans les études littéraires – ce à quoi on forme principalement les étudiant.e.s. Cela peut donner lieu à des travaux inscrits dans le champ des Humanités numériques : c’est par exemple ce qu’entreprend de faire depuis plusieurs années le chercheur britannique Martin Paul Eve autour de l’oeuvre de David Mitchell. Martin Paul Eve est celui qui a mis au jour la coexistence de deux versions parallèles de Cloud Atlas. Il publie en juin 2019 un ouvrage sur la question, Close Reading whith Computer, que j’ai assez hâte de lire.
  • Le distant reading correspond à ce que le chercheur italien Franco Moretti – qui a mené toute sa carrière ou presque aux Etats-Unis – appelle “la letteratura vista da lontano”, soit la littérature vue de loin. Ce dernier a écrit de nombreux articles sur la question, dans lesquels il expose cette méthode se rapprochant de l’histoire (et de la géographie) littéraire, de la sociologie de la littérature et de l’histoire des matérialités du livre. L’idée serait de mettre en place des techniques (nécessitant l’usage d’outils informatiques pour traiter un grand nombre de données) à même de gommer la vision usuelle de l’histoire littéraire, qui se construit en termes de centre / périphéries et œuvres canoniques / tout le reste, oublié ou occulté. Ce sont les œuvres centrales et canoniques qui servent à établir pratiquement tous les outils et toutes les définitions dont on se sert dans le champ des études littéraires (par exemple les caractéristiques génériques) et cela relèverait d’un biais de reconstruction a posteriori pour Moretti. Cette pratique du distant reading implique alors l’usage d’outils de traitement mais aussi de visualisation des données, permettant au chercheur de s’extraire de la domination des œuvres canoniques pour adopter une lecture plus fine des phénomènes littéraires selon les époques. Le but n’est pas tant de remettre en cause toute l’histoire littéraire mais, dans une perspective un peu en surplomb, de comprendre comment ce système, avec des œuvres, des zones et des auteurs dominants, s’est fondé.

Le distant reading repose en grande partie sur un principe comparatiste : F. Moretti par exemple compare, dans un article intitulé “Style, Inc. : Reflections on 7,000 titles (British Novels, 1740-1850)”, 7000 titres de romans britanniques parus entre 1740 et 1850, ce qui lui permet de montrer un raccourcissement constant des titres par effet de cohésion au sein du champ mais également par influence du marché – d’établir une corrélation entre l’émergence d’un véritable “marché du livre” et le rétrécissement des titres, de suggérer le rôle que joue l’économie dans les choix esthétiques guidant la création. On peut également évoquer un ouvrage récent, Lire de près, de loin, qui établit un lien entre le distant reading et la littérature monde, ou encore le projet désormais bien connu de l’université de Stanford, Mapping the Republic of Letters.

Comme le dit Alexandre Gefen, “le geste épistémologique le plus fort des travaux de Moretti est d’avoir tenté d’objectiver, pour les abstraire, les différentes variables définissant les œuvres littéraires (genres, formes, etc.) afin de permettre des changements d’échelle d’analyse”.

Si l’on laisse un peu de côté cette alternative entre close et distant reading, on peut également s’intéresser ici au renouveau des éditions critiques numériques, présentant très souvent des formats intégrant une annotation critique, voire la possibilité d’annoter directement les textes en ligne (la team OpenEdition est d’ailleurs en train de mener une expérimentation à laquelle vous pouvez participer). J’ai pour ma part un peu exploré la version hypertextuelle déjà ancienne de The Waste Land de T. S. Eliot, et je trouve également que le Dictionnaire Montesquieu est à la fois pratique et très complet à utiliser.

Ces éditions critiques et annotées sont prises en charge par des centres de recherche mais parfois aussi sont collaboratives, et les questions soulevées sont alors peu ou prou les mêmes que pour toute ressource savante collaborative en ligne : la fiabilité des commentaires et les procédures de rétroaction et d’évaluation par les pairs (type Wikipédia).

Perspective 3 : translation des données du littéraire

Enfin, on peut rapidement aborder quelques autres perspectives, qui consistent moins à construire des bases de données, établir des corpus et les analyser, qu’à utiliser des outils numériques dans le but de faire émerger ou de renforcer de nouvelles approches dans le champ des études littéraires, notamment relevant d’un enjeu de transposition des données d’un langage (au sens large) à un autre.

On peut placer dans cette perspective la question de la traduction automatique, à laquelle s’est intéressé Claire Larsonneur (l’approche littéraire peut alors permettre d’améliorer les logiciels de traduction automatique), ou bien l’enjeu des comparaisons de traductions, auquel s’attache Marianne Reboul, qui va jusqu’à forger elle-même ses propres outils (sa thèse a ainsi porté sur la “Comparaison semi-automatique des traductions en langue française de l’Odyssée d’Homère (1547-1955)“).

C’est également ici que l’on peut situer les enjeux évoqués précédemment concernant la visualisation des données littéraires : en particulier les travaux de F. Moretti, non pas lorsqu’il développe une approche d’histoire littéraire, mais bien quand il cherche à étudier la structure interne d’une (ou plusieurs) œuvres (comme il le fait par exemple dans “Network Theory, Plot Analysis”). Il creuse ces enjeux dans son ouvrage Graphes, cartes et arbres où il s’interroge sur l’usage de la carte comme moyen de visualisation permettant d’extraire des configurations. La pratique consiste à choisir des éléments, localiser leurs occurrences et générer une carte : “en d’autres termes, vous réduisez le texte à quelques-unes de ses données et vous les abstrayez du flux narratif pour construire un nouvel objet artificiel comme les cartes […]” (p. 88-89). Dans une perspective un peu similaire, on peut évoquer la thèse de Juliette Morel, avec laquelle j’ai pu échanger à plusieurs reprises, intitulée “Cartographie du Cycle de Nedjma de Kateb Yacine. Modélisation spatiale d’un récit littéraire” : elle croise approche géographique, approche littéraire et informatique en ayant “recours aux notions, principes et techniques de modélisation graphique et spatiale de la géomatique, pour appréhender, explorer et comprendre les espaces construits littérairement”. Je place ci-dessous quelques cartes qu’elle a réalisées, disponibles dans sa thèse.

Pour prolonger la réflexion sur ce point, je conseille la lecture de Graphesis. Visual Forms of Knowledge Production (2014) de Johanna Drucker, que la MSHB avait eu la chance d’accueillir l’an dernier : dans cet ouvrage, la chercheuse américaine rappelle que les images ainsi produites sont des “arguments sous forme graphique” et qu’elles ne sont de fait jamais ni neutres, ni transparentes. L’image est une interprétation en soi, et plus encore ici : une interprétation littéraire.

La littérature (numérique) par le prisme des Humanités numériques

Focus 1 : ce que permet la visualisation

C’est à partir de cet enjeu de la visualisation que j’en arrive à mon propre rapport aux outils numériques dans le cadre de mes recherches. Dans ma thèse, “Multiplication des récits et stéréométrie littéraire. D’Italo Calvino aux épifictions contemporaines”, mon objectif était triple : à partir d’un corpus romanesque contemporain (fin XXe – 2012) qui avait pour trait de multiplier les récits, j’ai d’abord cherché à comprendre comment les œuvres qui le composaient reprenaient le principe de l’enchâssement narratif pour le complexifier (approche narratologique et typologique) ; puis j’ai cherché à comprendre comment cette structure narrative rendue beaucoup plus complexe pouvait dans le même temps s’accompagner d’un intérêt (tension, immersion, etc.) accru pour la lecture de l’œuvre ; enfin j’ai tenté de modéliser les attitudes de réception du lecteur devenu enquêteur ou « soignant » d’œuvres éclatées. C’est lors de cette dernière étape que l’enjeu de la visualisation – de la modélisation, même – est intervenu.

J’ai d’abord réalisé plusieurs graphiques des structures des œuvres : on en retrouve la trace sur ce carnet de recherche, par exemple concernant les premiers graphes manuels de 253, mais aussi les graphes réalisés numériquement pour Luminous Airplanes et House of Leaves. Ces schémas, dont la réalisation s’est avérée indispensable pour moi au cour des diverses lectures des œuvres, n’étaient pas satisfaisants en termes de visualisation : en réalité, ce que l’on y voit est limité ; la portée heuristique de telles images n’est pas très élevée. J’ai alors cherché, comme je l’explique brièvement dans cet article (et plus longuement dans ma thèse), à m’extraire d’une visualisation plane (en 2D) pour tenter de modéliser un résultat en 3D, afin de traduire la profondeur des univers fictionnels enchâssés.

C’est ce travail de modélisation en volume, à partir de la structure de Cloud Atlas de David Mitchell, qui a été le plus intéressant (et je dirais même : c’est le seul qui ait vraiment donné lieu à une modélisation proprement heuristique). J’en explique la genèse et les étapes dans cet article. Pour rappel, Cloud Atlas se compose de six récits enchâssés les uns dans les autres, selon un principe d’approfondissement de la structure : le récit 1, situé le plus loin dans le passé, s’interrompt au milieu pour laisser place au récit 2, situé après chronologiquement, récit dans lequel le protagoniste lit le récit 1. Cela se répète (récit 2 interrompu > récit 3, etc.) jusqu’au 6e récit, le récit central et celui situé le plus loin dans le futur, qui est donné d’un seul tenant. Réapparaissent ensuite, en ordre inverse, la deuxième moitié des 5 autres récits (récit 6 > récit 5 > récit 4, etc.). J’insère ci-dessous deux visualisations.

La première image correspond en fait à un postulat d’enchâssement faux : elle suppose que le récit encadrant l’ensemble de la structure (et donc comportant tous les autres récits) est le premier récit ; or, celui-ci est en réalité le récit le plus enchâssé (raison pour laquelle Cloud Atlas, aux côtés de “53 jours” de Perec, correspond à un enchâssement inverse, comme je l’explique dans la 1e partie de ma thèse). La deuxième image rectifie cette erreur. Par ailleurs, la première image correspond à la structure des poupées russes, tandis que la deuxième ressemble plutôt à une sorte d’accordéon.

Pourquoi cette précision ? Parce que ces deux images (les poupées russes, l’accordéon – ou plutôt le concertina, que l’on voit sur l’image ci-dessus) sont convoquées au sein du roman par les personnages pour évoquer le temps, son passage, son appréhension. Les romans de David Mitchell portent tous une interrogation concernant le temps : dans Cloud Atlas (comme dans d’autres), la structure narrative elle-même permet d’explorer les significations d’un concept complexe – dans la lignée du postulat de Paul Ricoeur dans Temps et récit. Si la métaphore des poupées russes est tentante, David Mitchell lui-même la met à distance : il faudrait alors en trouver une autre.

Or l’accordéon (le concertina) est une métaphore qui revient à plusieurs reprises dans le roman dans la bouche des personnages, construisant une sorte de philosophie du temps (le cycle et l’éternel retour). Ma modélisation permet de mettre au jour la correspondance étroite entre la structure narrative du roman et un de ses éléments thématiques, au cœur de la pensée de D. Mitchell en tant que romancier. Plus encore, elle permet de justifier que l’éclatement et la complexification de la narration ne visent pas seulement à dérouter le lecteur mais à lui procurer une expérience concrète de cette pensée exposée par les personnages. Dès lors, elle permet de penser l’efficacité de la fiction littéraire dans notre compréhension d’enjeux dépassant la littérature (la fiction offrant concrètement, par l’expérience de lecture, une pensée du temps).

Cette modélisation fonctionne donc comme une configuration émergeant de l’étude narratologique du roman et renvoyant très directement à une métaphore dans l’oeuvre. Cette correspondance ainsi créée montre bien que la visualisation contient en elle-même, et sans le biais des mots, un savoir (la valeur conceptuelle et structurante de cette métaphore du concertina qui passerait sans cela à peu près inaperçue).

Focus 2 : littérature numérique et Humanités numériques

J’en suis donc venue à des outils numériques afin d’obtenir des visualisations et des modélisations des structures narratives de mes œuvres, mais je me suis, avant cela et dès le début de mes travaux, interrogée quant à l’inscription de mes recherches dans le champ des Humanités numériques : travailler sur un corpus contenant des œuvres de littérature numérique implique-t-il nécessairement le fait de travailler avec des outils numériques ? En réalité, j’ai l’impression que si la présence d’œuvres numériques dans mon corpus m’a conduite vers les outils numériques, c’est plutôt en raison des types de questions que je posais à mon corpus. Il me semble cependant que la présence d’œuvres numériques dans un corpus n’oblige pas à changer radicalement d’outil ou d’approche. Les deux ne se recouvrent donc pas forcément, même si travailler sur la littérature numérique implique d’avoir ou d’acquérir des connaissances numériques afin de pouvoir accéder aux sous-textes derrière l’interface des œuvres – ou d’avoir au moins une petite idée de ce qui s’y trame.

En effet, la notion de dispositif est importante dans la définition de la littérature numérique : on définira cette dernière comme rassemblant des œuvres ayant été conçues par le dispositif numérique et pour être lues au sein de ce même dispositif. Ce dernier implique des contraintes tant de création que de réception, nécessitant pour le chercheur ou la chercheuse de prendre en compte la matérialité du texte et non seulement son contenu, qu’il soit stylistique, linguistique, thématique, historique, etc. (approche plus familière des Sciences de l’information et de la communication). Par exemple, qu’est-ce qui explique la disparition de 253 de la toile, et comment travailler à partir d’une oeuvre disparue ?

Traiter avec des œuvres numériques implique d’avoir des questionnements que d’autres se posent dans d’autres disciplines (la pérennité des sources, comme le suggère l’exemple ci-dessus), et que le champ des Humanités numériques cherche à résoudre (une étudiante du master Humanités numériques de Rennes 2 est par exemple précisément en train de travailler à l’établissement d’un dispositif permettant de « sauver » les traces de participation des lecteurs/joueurs d’ARG – les alternative reality games). On conclura donc sur l’idée que travailler sur la littérature numérique n’implique pas l’usage des outils numériques mais conduit inévitablement à s’interroger sur les enjeux du numérique, et donc à mettre un pied épistémologique dans le champ des Humanités numériques.

Pour conclure : quelques questions épistémologiques

Les différents outils présentés au début de cet article, ainsi que les expérimentations que j’ai pu mener dans le cadre de mes recherches, m’ont conduite à formuler un certain nombre d’interrogations – elles me semblent émerger de la rencontre entre la recherche en littérature et la proposition des Humanités numériques. Petite liste non exhaustive et visant à ouvrir au dialogue :

  • Qu’analyse-t-on avec ces outils numériques, en littérature ?
  • Corollairement, qu’est-ce que la donnée en littérature ? En cherchant à répondre à cette question, on en vient à se demander sur quoi porte en général l’analyse littéraire – et à mettre au jour la diversité des pratiques, des écoles, des orientations.
  • L’outil numérique peut-il tout dire ? Tout montrer ?
  • Mais la critique littéraire est-elle une pratique de la mesure ? Franco Moretti disait à l’amorce de “Network Theory, Plot Analysis” que “today, we can replicate in a few minutes investigations that took a giant like Leo Spitzer months and years of work” : mais en est-on vraiment sûr ? Dans les résultats obtenus par Leo Spitzer, quelle place tient Leo Spitzer lui-même, en tant que sujet effectuant les recherches ? On en viendrait presque à se demander ce qu’est précisément la recherche en littérature, et sa part de scientificité (si tant est que la mesure outillée soit un gage de plus grande scientificité).

Pour aller plus loin

Cite this article as: Gaëlle Debeaux, "Littérature et humanités numériques," in Multiplication des récits, 16/02/2019, https://multirecits.hypotheses.org/509.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.