L’introduction de thèse en Littérature générale et comparée : méthode empirique

J’inaugure ce carnet de recherche par une voie détournée, c’est-à-dire par une question qui m’a préoccupée ces derniers jours : j’ai mis un point final – mais provisoire – il y a peu au corps de ma thèse, et il me faut maintenant rédiger l’introduction (et la conclusion) de ces 500 pages. Or, c’est un exercice qui me paraît difficile ; j’ai l’impression d’avoir “tout” dit (on n’a jamais tout dit), cependant il manque à mon travail une vision d’ensemble qui lui donne pleinement sens, qui le justifie et le met en perspective. C’est a priori le rôle d’une introduction, qui doit dans le même temps baliser le terrain, poser les jalons de la réflexion et donner l’envie de lire la suite.

Comme l’enjeu me tétanise un peu, j’ai décidé de faire une mise au point méthodologique préalable, à partir d’une technique suggérée par une amie jeune docteure de Littérature médiévale et spécialiste du nom propre (l’introduction de sa thèse est impeccable, elle se reconnaîtra !) : compiler un certain nombre d’introductions pour en faire émerger les éléments clefs, les étapes incontournables et les particularités (comparatiste un jour, comparatiste toujours). Il me semble que le résultat de cette petite investigation empirique pourra intéresser certain.e.s, alors le voici.

Terrain d’enquête

Je réalise une thèse en Littérature comparée : de fait, j’ai dirigé prioritairement, mais pas exclusivement, mon attention vers des thèses de la même discipline. J’ai aussi essayé de m’appuyer sur des travaux proches des miens, soit parce que les thèses en question abordent des enjeux complémentaires, soit parce qu’elles avaient été menées sous la direction de mon DT ou au sein de mon Ecole Doctorale. En définitive, j’ai lu six introductions (c’est peu, mais ça m’a paru déjà suffisant) : deux en Littérature française (littérature médiévale, littérature du XIXe), quatre en Littérature comparée (dont une en francophonie).

  • Quelques chiffres, pour commencer : la plus longue de ces introductions fait trente-six pages, la plus courte, un peu plus d’une dizaine. Je n’ai pas toujours eu accès au nombre total de pages de la thèse mais dans l’ensemble, l’introduction représente entre 3 et 7% de la totalité de la rédaction (annexes exclues). Autrement dit, cela me permet de fixer un premier objectif pour la conception de mon introduction : il faudrait qu’elle fasse environ trente pages (ça m’aide à travailler de pouvoir prendre la mesure de ce que je dois produire).
  • J’ai ensuite essayé de déterminer la façon dont chaque thèse aborde son objet d’étude : comment la délicate phase d’approche est-elle négociée ? La moitié des introductions porte un titre ; une seule s’ouvre par une citation en exergue ; quatre choisissent comme premier paragraphe une citation ou une scène d’une des œuvres du corpus de travail (entrée in medias res ?), tandis que les deux autres préfèrent aborder directement le sujet étudié (entrée en matière théorique). J’ai pour ma part une préférence pour l’ouverture à partir d’une oeuvre du corpus (avec citation ou non).
  • Enfin, mon premier repérage a cherché à mettre au jour l’organisation de ces introductions : se déploient-elles à travers un plan ? Celui-ci est-il fermement structuré ou plus “lâche” que le reste de la thèse ? Toutes les introductions sont architecturées autours de plusieurs points ou catégories. Deux d’entre elles présentent un plan “rigide”, c’est-à-dire en trois grandes parties, avec des sous-parties ; les quatre autres choisissent plutôt de proposer des grandes entrées (thématiques et méthodologiques). Je pense pour ma part opter pour la première solution, quitte à gommer ensuite les sous-parties si l’ensemble me paraît trop fragmenté.

Résultats

Après avoir observé comment s’organisaient ces introductions, je les ai (bien sûr) lues avec attention afin de déterminer à quoi sert chaque paragraphe (voir ci-dessous pour un exemple).

Introduction de L’Auteur déplacé dans la fiction, thèse de Charline Pluvinet (accessible en ligne)

Cela m’a permis d’identifier les grandes étapes de toute introduction – et c’était bien là l’objectif de cette petite investigation – donc sans plus tarder, les voici. Elles sont au nombre de quatre, et comportent un ensemble de fonctions que je liste ci-dessous. Je précise que cette liste n’est pas organisée selon la chronologie des introductions, même si la présentation de l’objet d’étude est généralement en début d’introduction là où celle du corpus se fait plutôt vers la fin ; je précise aussi que ces catégories semblent hermétiques alors qu’en réalité, chaque introduction les mêle selon sa logique propre.

  • PRESENTER l’objet d’étude

Définir la notion principale.

Donner la spécificité de l’objet, montrer son caractère innovant.

Présenter les principaux angles d’approche.

Justifier et expliquer le titre.

Définir les notions secondaires

  • PRESENTER le contexte critique

Contextualiser la notion principale, indiquer sa place dans le champ critique.

Proposer un état complet et détaillé de la recherche.

Présenter les orientations méthodologiques du travail.

Exposer la lignée critique dans laquelle s’inscrit l’objet d’étude et/ou la perspective adoptée dans la thèse.

Mentionner les différents domaines disciplinaires convoqués par la notion / dans la thèse.

  • PRESENTER le corpus

Présenter et justifier le corpus primaire et le corpus secondaire.

Contextualiser le corpus (bornes temporelles).

Justifier les aires culturelles / géographiques / linguistiques choisies.

Justifier l’unité du corpus, exposer les points communs entre les œuvres mais aussi leurs distinctions.

Justifier les exclusions d’œuvres du corpus principal / de l’ensemble des corpus.

Faire une mise au point sur les choix / les problèmes éventuels de traduction, faire une mise au point sur la démarche comparatiste.

  • PRESENTER la logique argumentative

Montrer les évidences associées à l’objet d’étude, qu’il faudrait dépasser.

Montrer l’intérêt / l’importance / la pertinence / l’actualité du sujet.

Formuler un paradoxe / une tension / une problématique.

Formuler les enjeux de la thèse.

Exposer les objectifs de la démonstration.

Expliciter la logique argumentative du travail.

Annoncer le plan de façon détaillée (résumé).

Si l’on résume, on compte en fait six étapes incontournables (et un ensemble de possibilités pour y arriver) : définir la ou les notion(s) ; faire un état de la recherche ; exposer la ou les méthodologie(s) de travail ; présenter le corpus ; énoncer une problématisation ; annoncer le plan.

C’est à partir de cette mise au point que j’ai réalisé le plan de mon introduction, dont je parlerai peut-être dans un autre article. J’espère que celle-ci pourra être utile à d’autres : n’hésitez pas à commenter !

L’article concernant la conclusion est accessible ici


3 réflexions sur « L’introduction de thèse en Littérature générale et comparée : méthode empirique »

  1. Merci beaucoup, cet article m’a vraiment aidé. Vous auriez un contact, car je suis toute nouvelle doctorante et un peu perdue..
    Merci

  2. Merci beaucoup pour cette méthodologie claire et synthétique qui vient de débloquer mon propre effort de rédaction! Je ne savais pas par quel bout prendre mon travail mais me voilà avec une trame logique et évidente. Merci de l’avoir partagée ici.

    1. Je vous remercie pour ce commentaire, et je suis ravie de savoir que cette mise au point est utile 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.