Histoire littéraire stéréométrique, revue et corrigée

Cet article constitue une annexe numérique de ma thèse.

Je termine la conclusion de ma thèse en proposant une extension possible du concept de stéréométrie littéraire (développé en troisième partie et présenté dans un prochain article) : pourquoi ne pas envisager, dans la lignée des travaux de Pierre Bayard (Le Plagiat par anticipation, 2009) et d’autres, l’histoire littéraire non plus comme une ligne organisant les œuvres et les auteurs les uns après les autres mais comme un espace fait de résonances et d’échos ?

Délinéariser l’histoire littéraire

Cette idée prend appui sur plusieurs textes théoriques invitant à quitter le paradigme linéaire pour aborder l’histoire littéraire. Les ouvrages de Pierre Bayard sont assez connus (on peut mentionner par exemple Qui a tué Roger Ackroyd ?, Paris, Editions de Minuit, 1998, Demain est écrit, Paris, Éditions de Minuit, 2005, Le Plagiat par anticipation, Paris, Editions de Minuit, 2009 ou encore Et si les œuvres changeaient d’auteur ?, Paris, Editions de Minuit, 2010) parce que ce dernier propose de changer de perspective sur les oeuvres : et si le coupable désigné dans tel polar n’était pas le vrai coupable ? Et si les auteurs du passé avaient plagié les auteurs du futur ?

Cette dernière interrogation est à la source du Plagiat par anticipation, dont Hélène Maurel-Indart livre un compte-rendu  intéressant. Pierre Bayard précise qu’il n’est pas à l’origine de la formulation ni même de l’idée, mais qu’elle est à trouver… chez les oulipiens, précisément dans le Second Manifeste rédigé par François Le Lionnais :

Il nous arrive parfois de découvrir qu’une structure que nous avions crue parfaitement inédite, avait déjà été découverte ou inventée dans le passé, parfois même dans un passé lointain. Nous nous faisons un devoir de reconnaître un tel état de chose en qualifiant les textes en cause de « plagiat par anticipation ». Ainsi justice est rendue et chacun reçoit-il selon ses mérites.

L’idée, déployée par Pierre Bayard, est de considérer que l’oeuvre du passé, qui peut par ailleurs être un classique, est mineure vis-à-vis de l’oeuvre du futur (considérée comme majeure) concernant un élément spécifique. C’est ainsi que l’on retrouvera des univers kafkaiens avant l’heure – mais on les appellera malgré cela “kafkaiens” parce que ce sont les œuvres de Kafka qui ont donné naissance à l’adjectif et à l’idée associée. Ce postulat ne vise donc pas à mettre au jour des influences intertextuelles, car si c’était le cas alors le raisonnement souffrirait d’un grave vice de forme, mais à explorer ce que le regard critique perçoit, c’est-à-dire un sentiment de dissonance dans l’histoire littéraire.

Un pas est franchi dès lors que l’on considère que toute lecture d’oeuvre ne peut se départir d’un tel regard : dans la lignée des propos de Walter Benjamin qui considérait que l’oeuvre d’art est toujours actuelle1, certains critiques invitent à repenser l’histoire littéraire en dehors du schéma temporel de succession. C’est le cas, par exemple, d’Henri Garric et Sophie Rabau, qui ont organisé plusieurs séminaires et colloques sur la question2, et qui interrogent la façon dont on peut s’affranchir du paradigme temporel.

Histoire littéraire stéréométrique

Pour ma part, si je suis plutôt d’accord avec l’idée que le regard critique peut mettre au jour des échos au sein de l’histoire littéraire au-delà des influences avérées, et que ces échos sont pertinents et peuvent générer de nouvelles analyses (par exemple, en relisant L’Heptaméron à l’aune de Si par une nuit d’hiver un voyageur3), je ne suis pour autant pas certaine qu’il faille abandonner le paradigme temporel et toute idée d’histoire littéraire. Ce qui me paraît intéressant est de considérer la littérature comme un champ de force dans lequel l’anachronie du regard critique doit avoir sa place (c’est aussi une façon, en fin de compte, de réintégrer la réception des œuvres au cœur de l’analyse critique).

J’ai essayé de prendre à bras le corps cette hypothèse et, à partir de la notion de stéréométrie littéraire (qui invite à penser le rapport entre les multiples récits des œuvres de mon corpus comme un rapport spatial, et qui propose des outils de visualisation et de modélisation de ces rapports selon les figurations temporelles et spatiales dans les œuvres mais aussi selon le point de vue du lecteur intrigué), j’ai cherché à modéliser ce que pouvait être une “histoire littéraire stéréométrique”, c’est-à-dire conçue comme un champ de force plus qu’une ligne droite. J’ai donc, à partir du modèle même de mes œuvres multipliant les récits, cherché à envisager les oeuvres de mon corpus secondaire comme un vaste ensemble composé de récits multiples.

J’ai d’abord conçu une base de données simple (en fait, un tableau à double entrée) croisant deux éléments : les œuvres du corpus (primaire et secondaire) envisagées, placées en ordre chronologique, et les types de multiplication des récits auxquels elles appartenaient. J’ai en effet distingué différents “genres” dans le champ de la multiplication des récits :

  • Multiplication et matérialité : la multiplication des récits entraîne ou prend appui sur la matérialité du support pour créer ses effets (exemple : Marelle de Cortazar).
  • Multiplication et marge : la multiplication des récits se joue dans le rapport entre corps de texte et notes de bas de page ou marges, qui contiennent une sorte de récit secondaire (exemple : Feu pâle de Nabokov).
  • Multiplication et oralité : la multiplication des récits passe par la présence d’un conteur et l’oralité est mise en scène (exemple : “Le Rideau cramoisi” de Barbey d’Aurevilly).
  • Multiplication et récit bref : il s’agit des œuvres dans lesquelles la multiplication des récits tend vers la forme du recueil – où l’autonomie des récits est grande (exemple : le Decameron).
  • Multiplication, hypertextualisation, mécanisation et aléatoire : j’envisage ici les oeuvres qui “technicisent” la multiplication des récits, en font un mécanisme (exemple : Composition n°1 de Marc Saporta, et les hypertextes).
  • Multiplication et manuscrit : la multiplication des récits implique la présence d’un manuscrit qui fait généralement l’objet d’une enquête (exemple : Possession, de Byatt).
  • Multiplication et fin : les oeuvres de cette catégorie exploitent la multiplication des récits pour questionner la fin ou le dénouement de l’intrigue (exemple : Les Mille et une nuits).
  • Multiplication et anti-roman : ici, la multiplication des récits vise à manipuler le genre romanesque, à contrer les attentes (exemple : Jacques le fataliste de Diderot).
  • Multiplication des récits et variation : la multiplication des récits sert à faire varier le point de vue sur une action, à permettre le retour de motifs récurrents, etc. (exemple : La Chaussure sur le toit de Vincent Delecroix).
  • Multiplication et enchâssement : dans ces oeuvres, la forme canonique de l’enchâssement est reprise et mise sous tension (exemple : Inception de Christopher Nolan).
  • Multiplication et paradoxes : la multiplication des récits sert à mettre en place des mises en abyme spécieuses, des métalepses, ou elle autorise des paradoxes temporels, des voyages dans le temps par exemple (exemple : Le Vagabond des étoiles de Jack London).

Les œuvres de mon corpus primaire n’entrent pas dans toutes les catégories systématiquement, mais appartiennent régulièrement à plusieurs.

J’ai donc indiqué dans le tableau dans quelles catégories les œuvres du corpus primaire et secondaire entraient, et j’ai sélectionné, pour chaque catégorie, l’oeuvre pivot. J’appelle oeuvre pivot le texte qui constitue, pour moi, le révélateur des enjeux de la catégorie : c’est à la fois le texte le plus représentatif du phénomène, celui qui en déploie les enjeux au “mieux”, mais aussi celui qui m’a permis de prendre conscience du phénomène décrit dans la catégorie. C’est donc là que se situe le rôle du regard critique dans le réagencement du champ de force littéraire.

On peut accéder à cette base de données ici.

La deuxième étape du travail tend à permettre la visualisation d’une telle conception de l’histoire littéraire. Je n’ai pas d’outil adéquat pour le faire mais j’ai cherché à en donner un aperçu à partir d’une catégorie. J’ai choisi de développer la catégorie “Multiplication et Manuscrit” :

On peut cliquer sur les images pour les agrandir. 

On peut cliquer sur le GIF pour y accéder. 

Dans cette modélisation, j’ai cherché à montrer comment, à partir de la ligne chronologique de succession des oeuvres relevant de la catégorie choisie, une oeuvre pouvait polariser le regard et conduire à réagencer l’ensemble. C’est La Maison des feuilles qui constitue l’oeuvre pivot de cette catégorie, et elle attire d’abord l’attention sur la sous-entrée “Multiplication, Manuscrit et Intrigue”, dans laquelle entrent trois autres oeuvres (le Manuscrit trouvé à Saragosse“53 jours”S.) ; à partir de ce deuxième ensemble, une nouvelle oeuvre joue le rôle de pivot : il s’agit de “53 jours”, qui oriente la réflexion du côté de la sous-catégorie “Multiplication, Manuscrit et Enquête philologique” (avec trois nouvelles oeuvres : PossessionL’Oeuvre posthume de Thomas Pilaster et Imitation). Ce troisième ensemble possède lui aussi son oeuvre pivot, L’Oeuvre posthume de Thomas Pilaster, qui attire l’attention sur la troisième sous-catégorie, “Multiplication, Manuscrit et Conflit métaleptique entre les instances narratives”, catégorie dans laquelle je place Don QuichotteLes Faux MonnayeursSi par une nuit d’hiver un voyageur, et La Caverne des idées, ainsi que La Maison des feuilles. 

On pourrait bien sûr complexifier encore le résultat (raffiner les sous-catégories, tisser plus de liens – La Maison des feuilles par exemple entre dans toutes les sous-catégories, mais ce n’est pas forcément le cas pour chacune de ces oeuvres) mais on perçoit déjà les potentialités du procédé. On pourrait alors répéter la modélisation pour chaque catégorie, puis forger une visualisation de l’ensemble. Le véritable projet consisterait bien plutôt, cependant, à concevoir une application permettant, à partir d’une frise chronologique des oeuvres, d’activer l’une ou l’autre des catégories pour voir les réagencements stéréométriques de l’histoire littéraire, mais aussi de croiser ces catégories, ou encore de sélectionner une oeuvre et de voir la façon dont elle rayonne dans l’ensemble du champ de force.

Image de couverture : Susan Benarcik.

Cite this article as: Gaëlle Debeaux, "Histoire littéraire stéréométrique, revue et corrigée," in Multiplication des récits, 31/08/2017, https://multirecits.hypotheses.org/285.
  1. Voir la lettre adressée à Florens Christian Rang datée du 9 décembre 1923. On peut aussi consulter l’ouvrage de Payot sur cette question : Payot, D., Anachronies de l’œuvre d’art, Paris, Editions Galilée, 1991. []
  2. On en trouve les actes et comptes-rendus sur le site Fabula : Rabau, S., Garric, H., Sortir du temps : la littérature au risque du hors-temps, Atelier littéraire, en ligne ; Atelier Anachronies, en ligne. []
  3. A ce propos, je renvoie à l’ouvrage d’Yves Citton, Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ?, Paris, Editions Amsterdam, 2007. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.