Modélisation narrative (5) – House of Leaves

Cet article constitue une annexe numérique de ma thèse. 

Dans la lignée de ce qui se joue dans ma tentative tâtonnante de modélisation de Cloud Atlas, j’ai essayé de prendre à bras le corps la complexité de House of Leaves de Mark Z. Danielewski.

L’idée était ici de traduire le refus de la linéarité, à partir du schéma exhaustif des lectures possibles déjà réalisé. L’inconvénient de ce schéma réside dans le fait qu’il interdit de bien visualiser les effets de croisement et de superposition. En passer par une modélisation en 3D, c’est prendre du recul et affiner la perception des phénomènes.

Plus encore, on peut considérer que ce schéma permet une utilisation du même ordre que l’arbre de choix réalisé pour Cloud Atlas. Comment alors l’intégrer dans un objet qui ne présenterait pas seulement une modélisation en 3D de la structure narrative, mais qui permettrait dans le même temps au lecteur de le parcourir – comme s’il était un espace, un territoire à arpenter ?

Ce que je projette ici, c’est somme toute la possibilité de passer d’un récit à un univers (pratiquement, à un jeu vidéo). Bien sûr, je ne suis pas capable d’effectuer ce passage. J’ai donc, d’un côté, une carte qui pourrait donner lieu à une programmation d’embranchements et de choix pour le lecteur-arpenteur, et de l’autre, la modélisation d’un des chapitres comme espace arpentable.

Je ne me suis en effet pas lancée dans l’entreprise de modélisation de l’ensemble du roman, c’est une tâche bien trop importante… J’ai plutôt décidé de prendre un chapitre assez représentatif de ce qui se joue dans House of Leaves : pas le chapitre IX, par exemple, qui s’évertue à reconstituer un labyrinthe textuel fait de renvois et de culs-de-sac, mais pas non plus les premiers chapitres, offrant assez peu d’excursus. J’ai donc choisi le chapitre V, comportant plusieurs renvois intérieurs et extérieurs, y compris vers les annexes, et étant aussi la cible de plusieurs appels de note situés dans d’autres chapitres.

Ce chapitre ne fait vraiment pas partie des chapitres complexes, et pourtant la modélisation apparaît déjà comme très touffue. Ci-dessous, quatre captures d’écran de l’objet créé :

On peut cliquer sur les images pour les agrandir.

Enfin, comme pour la modélisation de Cloud Atlas, je propose une petite vidéo illustrant la manipulation que l’on peut faire de l’objet.

Là où j’envisageais la possibilité d’imprimer en 3D la modélisation de Cloud Atlas (l’objet pourrait alors fonctionner comme un soufflet, ou mieux, comme un “concertina”, qui est un autre des modèles proposés dans le roman pour penser le fonctionnement de la narration et de la mise en intrigue), je penche plutôt, ici, pour la gamification du résultat obtenu.

Cite this article as: Gaëlle Debeaux, "Modélisation narrative (5) – House of Leaves," in Multiplication des récits, 24/08/2017, https://multirecits.hypotheses.org/238.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.