Modélisation narrative (3) – Cloud Atlas

Cet article constitue une annexe numérique de ma thèse. 

Si les essais précédents de modélisation de Courts-circuits (présentés ici et ) prenaient appui sur des outils proposant une cartographie réaliste (avec des fonds de carte géographique réels), ce n’est pas le cas pour les autres œuvres du corpus, notamment pour Cloud Atlas. Par ailleurs, le roman de David Mitchell ne structure pas ses récits selon un principe de coordination narrative comme c’est le cas pour celui d’Alain Fleischer, mais fait usage de cinq enchâssements narratifs pour agencer les six récits qui le composent. Comment modéliser ce qui s’y joue ?

Terrain d’exploration

Je précise brièvement – l’ensemble des démonstrations figurant dans ma thèse – comment multiplication des récits et mise en intrigue fonctionnent dans ce roman. On compte donc six récits, dont les cinq premiers sont interrompus en leur milieu par l’apparition du récit suivant – étant entendu que chaque nouveau récit intègre en son sein la présence du récit qui précède, par exemple parce qu’un personnage est en train de le lire – jusqu’au sixième récit. Celui-ci, qui se situe au centre de l’édifice romanesque, est donné en entier, et reviennent ensuite les cinq moitiés manquantes, en ordre inverse d’apparition.

On a donc affaire à ce que j’ai appelé un enchâssement inverse, en tout cas dans la deuxième moitié du roman. L’ensemble peut s’apparenter, comme le suggère David Mitchell, à un jeu de poupées russes, ou bien à une sorte de pyramide. Les frontières entre les récits ne sont pas exactement imperméables. Si l’on peut distinguer plusieurs niveaux de réalité (moins que de récits, cependant), comme le schéma ci-dessous l’indique, des éléments les traversent, comme la présence chez certains personnages d’une tache de naissance en forme de comète, ou bien la mélodie que crée le personnage de Frobisher dans le deuxième récit.

On assiste alors à la lecture à des mises en abyme – ce qui renforce le modèle des poupées russes – brouillant la rigidité de la structure d’ensemble.

Par ailleurs, un deuxième phénomène doit être croisé avec cette première description : le premier récit, prenant la forme d’un journal de bord tenu par Adam Ewing lors de sa traversée du Pacifique, est celui qui se situe le plus loin dans le passé (au XIXe siècle) ; plus on avance dans les récits, plus on avance dans le temps. Cette progression est chronologique jusqu’au récit central, situé dans un futur d’après la Crise1. Ensuite, puisque les récits reviennent en ordre inverse, on reparcourt le temps à l’envers, jusqu’au XIXe siècle d’Adam Ewing. Mais le jeu des enchâssements fait que nous n’avons accès à ce premier (et dernier) récit que par l’intermédiaire des suivants : en effet, puisque chaque nouveau récit intègre la présence du précédent en son sein, alors nécessairement le récit “encadrant” doit être le sixième récit, au centre de la structure (Zachry écoute l’Oraison de Sonmi qui visionne le film de Cavendish qui lit le manuscrit Demi-Vies dans lequel Luisa Rey lit les lettres de Frobisher qui lit le journal d’Adam Ewing). Le premier récit du roman, situé le plus loin dans le passé, est aussi le récit le plus enchâssé. La plus petite poupée n’est donc pas celle que l’on croit !

Cet agencement des récits a une conséquence intéressante : certes, le roman se présente sous sa forme habituelle de livre imprimé, que l’on va pour la plupart lire cover to cover ; cela construit une intrigue spécifique. Mais, compte tenu de ces précisions, on peut envisager d’autres modes d’appréhension de l’histoire : refuser, par exemple2, de subir les interruptions et lire chacun des récits d’un seul tenant ; ou bien, commencer par le récit central ; ou bien encore, choisir d’en finir par lui.

Le choix du lecteur, sa façon d’aborder le morcellement textuel et les différentes hiérarchies possibles entre les récits, ont donc un rôle majeur quant au sens du roman. La modélisation que je présente ici a cherché à en tenir compte.

Modélisations

Je n’ai pas, pour cette expérimentation, trouvé d’outil “tout prêt” qui me soit utile. J’ai donc bricolé à partir de mes (maigres) compétences des modélisations en tâtonnant. J’ai d’abord voulu figurer l’agencement narratif, en partant du principe que chaque récit est en même temps un espace : l’idée était de pouvoir visualiser un volume, non une carte qui aplanit nécessairement les choses. J’ai utilisé le logiciel SketchupMake, normalement prévu pour réaliser des plans en trois dimensions, souvent pratiqué en Design ou en architecture, et réalisé deux modèles :

On peut cliquer sur les images pour les agrandir.

La première image correspond à la façon dont le lecteur comprend la structure des récits à première vue (selon le modèle des poupées russes : le premier récit enchâsse les suivants). La deuxième, qui est celle que je conserve, correspond à ce que j’exposais précédemment, c’est-à-dire la prise de conscience que le récit encadrant serait bien plutôt à localiser au centre de la structure (le modèle des poupées russes ne fonctionne donc plus très bien, puisque la plus grande poupée, qui doit contenir toutes les autres, se retrouve prise au cœur de l’édifice). L’avantage du logiciel est de permettre une manipulation de l’objet ainsi créé (voire, pourquoi pas, imaginer l’imprimer en 3D afin de le rendre réellement, et non virtuellement, manipulable ?) : je propose ci-dessous une courte vidéo illustrative.

J’ai ensuite voulu montrer comment les différentes modalités de lecture, évoquées plus haut, pouvaient se superposer. Là encore, c’est du bricolage, puisque j’ai procédé via la création de GIF.

La première réalisation fait se succéder les récits selon l’ordre de l’objet livre (c’est la lecture cover to cover) :

Cliquer sur l’image permet d’accéder au GIF. 

La deuxième réalisation suppose que le lecteur refuse les interruptions, et lit donc chaque récit dans son entier :

Cliquer sur l’image permet d’accéder au GIF.

Enfin, la troisième réalisation correspond à une lecture qui suivrait l’ordre de l’enchâssement, c’est-à-dire qui partirait du récit central :

Cliquer sur l’image permet d’accéder au GIF. 

Deux dernières réalisations juxtaposent et superposent ces trois modalités de lecture, afin de suggérer que le choix effectué par le lecteur peut, à tout moment, varier.

Pour terminer, j’ai réalisé un arbre de choix croisant ces trois modalités de lecture, qui est accessible en suivant ce lien : on constate alors que les possibles sont bien supérieurs à trois.

Cite this article as: Gaëlle Debeaux, "Modélisation narrative (3) – Cloud Atlas," in Multiplication des récits, 24/08/2017, https://multirecits.hypotheses.org/216.
  1. Voir Kermode, F., The Sense of an Ending, Oxford, Paperback Edition, 1968 [1967] []
  2. Diane Leblond l’a notamment évoqué lors d’une communication qu’elle a donnée dans le cadre du Séminaire de l’ANR Chapitres : Leblond, D., “Pages à tourner, pages à regarder. Lisibilité et visibilité impropres du chapitre dans Cloud Atlas. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.