Première Lecture – 253, de Geoff Ryman

Cet article constitue une annexe numérique de ma thèse.

J’expose, dans ma thèse1, en quoi la lecture d’un hypertexte de fiction peut conduire le lecteur à se faire cartographe : le texte s’offre à lui comme un espace fragmenté et discontinu dans lequel s’orienter, si bien que le moyen le plus simple reste encore, pour pouvoir établir des points de repères, revenir sur ses pas voire relire de la même façon l’oeuvre, de tracer la carte de son itinéraire dans l’oeuvre. C’est une pratique qui est d’ailleurs souvent encouragée par l’oeuvre elle-même, de nombreuses hyperfictions proposant au lecteur, au départ de son “voyage”, une carte de l’oeuvre qu’il s’apprête à parcourir.

253 ne déroge pas à cette habitude : l’oeuvre donne à lire 253 fragments de vie de passagers, tous présents au même endroit au même moment, c’est-à-dire dans une rame de métro qui est sur le point d’avoir un accident2 ; elle propose plusieurs façons d’entrer dans le texte, dont un schéma qui reproduit la présentation des lignes de métro et qui indique quelques cheminements possibles dans l’oeuvre (tout en dessinant le titre de l’oeuvre dans le schéma lui-même).

C’est une façon d’encourager le lecteur à produire sa propre carte, ce que j’ai fait lors de ma découverte de l’oeuvre. Mon objectif était double : à la fois me repérer dans ma progression, mais aussi, puisqu’il ne s’agissait pas pour moi de lire simplement pour le plaisir, garder la trace exacte de mes choix pour pouvoir ensuite l’analyser3. Je présente ci-dessous les étapes de cette lecture, après avoir expliqué la façon dont j’ai procédé.

Méthode

Elle est empirique : j’ai réalisé ces cartes dans un carnet – j’avais besoin de mon ordinateur pour pouvoir avancer dans l’oeuvre, et je n’avais pas trouvé de logiciel adéquat -, au crayon à papier afin d’être en mesure de modifier en cours de route la carte, selon l’ampleur qu’elle allait prendre.

J’ai inscrit le titre de chaque lien sur lequel j’ai cliqué pour être en mesure d’emprunter de nouveau le parcours initial. Je n’ai pas cherché à lire l’oeuvre de façon exhaustive – c’est-à-dire en cliquant sur tous les liens, comme je l’ai fait pour ma lecture de Luminous Airplanes – et de fait, les cartes gardent la trace de mes hésitations et des mutations dans mon approche au gré de ma progression dans le matériau textuel.

Je n’ai pas toujours ouvert le lien à la place de la page que j’étais en train de lire : souvent, en réalité, par désir d’emprunter une bifurcation mais aussi de pouvoir lire jusqu’à son terme le noeud en cours, quand bien même la bifurcation interviendrait avant sa fin, j’ai ouvert le lien dans un nouvel onglet de mon navigateur. Mes schémas indiquent aussi ces choix.

Enfin, l’ensemble se présente en six pages, qui correspondent chacune au sentiment d’avoir lu une unité textuelle. Bien souvent aussi, c’est parce que j’en arrivais au bas de ma page de carnet, mais les deux phénomènes coïncidaient souvent. La page suivante repart alors du dernier nœud textuel lu, et reproduit le même fonctionnement.

J’ai associé, à chaque schéma détaillé, une version simplifiée de la progression, c’est-à-dire une version qui ne garde que le cheminement principal et occulte toutes les digressions de la lecture (par exemple, quand les liens ouverts dans un nouvel onglet sont refermés sans donner lieu à un nouvel itinéraire, si bien que la lecture repart alors du premier noeud d’où provenaient ces autres pages).

Résultats

Je présente d’abord les six schémas détaillés, puis les six schémas simplifiés.

Il est possible de cliquer sur les galeries pour agrandir les images.

Comme je l’explique dans ma thèse, un des grands intérêts de ces schémas a été de me permettre de déterminer ce que j’avais lu et ce que je n’avais pas lu. Il en résulte que j’ai exploré, dans cette première lecture, 62% de l’oeuvre : sur les 253 fragments donnés à lire, je n’en ai lu que 157, alors même que j’ai cessé de lire dès lors que j’ai eu la sensation de tourner en rond.

Sur ces schémas, un élément indique quand un nœud textuel en cours de lecture a déjà été lu précédemment : si dans la première étape, je n’en ai croisé que quatre, dans la sixième et dernière, je n’en rencontre pas moins de quinze. Or on considère que l’hypertexte, qui n’a à proprement parler pas de véritable point de départ et qui se présente comme une structure non-linéaire, c’est-à-dire offrant la possibilité théorique de rejoindre n’importe quel nœud à partir de n’importe quel autre, n’a de fait pas de point d’arrivée ; autrement dit, la fin d’un hypertexte correspond au sentiment de lassitude du lecteur. C’est exactement ce que met en avant cette schématisation.

Cite this article as: Gaëlle Debeaux, "Première Lecture – 253, de Geoff Ryman," in Multiplication des récits, 21/08/2017, https://multirecits.hypotheses.org/154.
  1. On peut voir les prémisses de cette réflexion dans cet article : Debeaux, G., « L’Hypertexte et ses prédécesseurs : cartographier un jardin aux sentiers qui bifurquent », dans Repenser le numérique au XXIe siècle, Sinatra, F. et Sinclair, S, Sens Public, février 2015 []
  2. Notons que selon les nœuds lus, l’accident est imminent, en cours voire, parfois, advenu []
  3. C’est ce que je fais dans ma thèse, notamment à propos d’une micro-intrigue qui se noue autour du personnage de Sam Cruza, passager 216 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.