253, Luminous Airplanes et la question médiatique

Cet article est la suite de “Courts-circuits, ou la ronde des récits”

Les deux dernières œuvres de mon corpus sont deux hypertextes de fiction1, que je rassemble pour leurs points communs formels mais qui en réalité correspondent à deux moments assez distincts de la jeune histoire de l’hyperfiction. En effet, 253, de Geoff Ryman, est mis en ligne en 1995 et correspond à la première génération des hypertextes, à la suite des classiques que sont afternoon, a story de Michael Joyce et Victory Garden de Stuart Moulthrop, même si 253 est publié sur le web, tandis que les deux oeuvres de Joyce et Moulthrop sont crées via un logiciel, Storyspace, et s’offrent au lecteur sous la forme de CD-Rom2.

Continuer la lecture de 253, Luminous Airplanes et la question médiatique

  1. J’ai proposé ici une définition générale de l’hypertexte. []
  2. Ces CD-Rom sont difficiles aujourd’hui à faire fonctionner []

Courts-circuits, ou la ronde des récits

Cet article est la suite de “Mitchell et Danielewski, héritage et renouvellement”

Si les romans que nous avons pour l’instant présentés relèvent peu ou prou de formes d’expérimentations littéraires, il n’en va pas tout à fait de même pour Courts-circuits d’Alain Fleischer. Ce roman, paru en 2009 aux éditions du Cherche Midi, est un excursus du côté de la littérature française très contemporaine et, en apparence, assez peu lié au reste du corpus. Cependant, on ne compte pas moins d’une quarantaine de récits qui se suivent, et leur agencement est dans la lignée de ce qui se joue dans Le Château des destins croisés : chaque nouveau récit est appelé par le précédent.

Autrement dit, j’aurais tout aussi bien pu présenter ce corpus selon un autre angle : non pas par regroupement contextuel, mais selon le type de multiplication des récits mise en oeuvre (ce point va faire l’objet d’un futur article). Si par une nuit d’hiver un voyageur“53 jours” et Cloud Altas s’appuient sur l’enchâssement narratif pour le manipuler, La Maison des feuilles et les deux hypertextes de fiction adjoignent au questionnement l’enjeu de la matérialité du texte, tandis que Le Château des destins croisés et Courts-circuits coordonnent – plutôt qu’ils ne subordonnent, comme dans l’enchâssement – leurs récits selon le principe de la ronde.

Continuer la lecture de Courts-circuits, ou la ronde des récits

Mitchell et Danielewski, héritage et renouvellement

Cet article est la suite de “Calvino, Perec et la multiplication oulipienne”

Le deuxième ensemble d’œuvres qui forme mon corpus de travail repose sur deux romans qui, chacun à leur manière, ont su trouver un public large en dehors du monde universitaire : La Maison des feuilles de Danielewski, oeuvre culte depuis sa parution en 2000 aux Etats-Unis, et Cloud Atlas de David Mitchell, publié en 2004 et adapté au cinéma en 2012 par les sœurs Wachowski.

La Maison des feuilles

C’est donc en 2000 que paraît aux Etats-Unis House of Leaves, le premier grand roman de Mark Z. Danielewski – il sera traduit en France par Claro en 2002 et publié aux éditions Denoël. La légende veut que le roman ait d’abord circulé sous format numérique, en ligne, échangé à la sauvette de mail en mail. S’il est vrai que Danielewski a fait circuler certains chapitres auprès de ses proches, comme il le confirme dans plusieurs entretiens, pour autant cette légende est grandement exagérée mais, tout à la fois, le signe même de l’engouement qui se crée autour de l’oeuvre, engouement qui reflète comme une mise en abyme métaleptique ce qui est raconté dans l’oeuvre. En effet, La Maison des feuilles raconte au moins trois histoires, qui se croisent au gré de la circulation, à l’intérieur de la fiction, de leurs supports.

Continuer la lecture de Mitchell et Danielewski, héritage et renouvellement

Calvino, Perec et la multiplication oulipienne

Mon corpus de travail prend comme point de départ trois œuvres de deux auteurs ayant gravité autour du cercle oulipien : Le Château des destins croisés et Si par une nuit d’hiver un voyageur d’Italo Calvino, et “53 jours” de Georges Perec. La raison en est double : d’une part, comme j’ai pu l’évoquer dans un précédent article, c’est en lisant Si par une nuit d’hiver un voyageur que s’est amorcée ma réflexion sur la question ; d’autre part, le travail de l’OuLiPo concernant le rôle de la contrainte conduit assez naturellement à aborder la mécanisation de la littérature : les textes narratifs se font “réservoirs de récits” et les auteurs sont dès lors attentifs à l’agencement de ces récits entre eux, autant d’éléments centraux dans la question qui m’intéresse.

Continuer la lecture de Calvino, Perec et la multiplication oulipienne

La conclusion de thèse en Littérature Générale et Comparée

Cet article est la suite de celui-ci, dans lequel j’expliquais ce que l’on trouvait généralement dans une introduction de thèse en Littérature Générale et Comparée.

Pour établir cette mise au point méthodologique concernant la conclusion, j’ai procédé de la même façon que dans le précédent article : j’ai compilé quelques conclusions pour en tirer les éléments récurrents. Je propose le résultat de cette enquête.

Terrain d’enquête

Je suis repartie des thèses déjà explorées pour l’introduction : comme précédemment, j’ai principalement exploré des travaux en LGC (mais pas uniquement). Cette fois-ci, je n’ai lu que 4 conclusions: 3 en LGC et une en Littérature française (Littérature médiévale).

  • Trois de ces quatre conclusions comptent 12 pages à leur actif, tandis que la quatrième en compte moitié moins (soit 6 pages). Cela représente entre 1,2% et 2,6% de la totalité des pages de la thèse (annexes exclues). Autrement dit, la conclusion de la thèse doit être courte et efficace. J’ai aussi cherché à savoir le rapport de taille entre la conclusion et l’introduction : la conclusion représente généralement entre 30 et 50% de l’introduction (soit entre 1/3 et 1/2 introduction). Cette proportion me paraît intéressante.
  • Aucune de ces conclusions ne porte de titre – contrairement aux introductions qui en étaient parfois dotées -, et trois d’entre elles s’ouvrent sur une citation, d’une oeuvre du corpus ou d’un auteur critique fréquemment convoqué dans le travail, ou bien d’une oeuvre située hors corpus (ce qui permet d’emblée de faire de la conclusion le lieu de l’élargissement de la pensée).
  • Aucune de ces conclusions ne s’organise autour d’un plan apparent. Une des quatre comporte deux ensembles distingués par trois croix (***) indiquant un changement d’objectif. Cependant, il est assez facile de repérer un plan sous-jacent similaire pour chacune des conclusions : comme dans une dissertation, on rassemble d’abord les résultats du développement (la phase Résumé), puis on propose une ouverture de la réflexion.

Résultats

Continuer la lecture de La conclusion de thèse en Littérature Générale et Comparée

Carnet de recherche de Gaëlle Debeaux

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search