Modélisation narrative (3) – Cloud Atlas

Cet article constitue une annexe numérique de ma thèse. 

Si les essais précédents de modélisation de Courts-circuits (présentés ici et ) prenaient appui sur des outils proposant une cartographie réaliste (avec des fonds de carte géographique réels), ce n’est pas le cas pour les autres œuvres du corpus, notamment pour Cloud Atlas. Par ailleurs, le roman de David Mitchell ne structure pas ses récits selon un principe de coordination narrative comme c’est le cas pour celui d’Alain Fleischer, mais fait usage de cinq enchâssements narratifs pour agencer les six récits qui le composent. Comment modéliser ce qui s’y joue ?

Terrain d’exploration

Je précise brièvement – l’ensemble des démonstrations figurant dans ma thèse – comment multiplication des récits et mise en intrigue fonctionnent dans ce roman. On compte donc six récits, dont les cinq premiers sont interrompus en leur milieu par l’apparition du récit suivant – étant entendu que chaque nouveau récit intègre en son sein la présence du récit qui précède, par exemple parce qu’un personnage est en train de le lire – jusqu’au sixième récit. Celui-ci, qui se situe au centre de l’édifice romanesque, est donné en entier, et reviennent ensuite les cinq moitiés manquantes, en ordre inverse d’apparition.

Continuer la lecture de Modélisation narrative (3) – Cloud Atlas

Modélisation narrative (2) – Courts-circuits via StoryMapJS

Cet article constitue une annexe numérique de ma thèse. Il fait suite à celui-ci

Dans la lignée de l’expérimentation réalisée à l’aide d’AtlasCine, qui ne m’a pas entièrement satisfaite, j’ai cherché à explorer un nouvel outil : il s’agit de l’application StoryMapJS, offrant la possibilité, comme l’outil précédent, de prendre appui sur un fond de carte géographique pour raconter une histoire. Cette fois-ci, l’outil permet d’intégrer du texte, voire des liens hypertexte ; autrement dit, il m’a semblé qu’il pouvait intégrer une plus grande complexité dans la modélisation des courts-circuits narratifs. Toutefois, on perd la donnée temporelle – que je n’ai de toute façon pas réussi à exploiter de façon très convaincante avec AtlasCine.

Continuer la lecture de Modélisation narrative (2) – Courts-circuits via StoryMapJS

Modélisation narrative (1) – Courts-circuits via AtlasCine

Cet article constitue une annexe numérique de ma thèse.

La troisième partie de ma thèse, intitulée “Lire comme on arpente : spatialisation de l’intrigue”, prend acte du fait que les oeuvres de mon corpus, en multipliant les récits, n’offrent pas tant au lecteur l’expérience d’une refiguration du temps1 qu’une expérience spatiale. Pour le dire autrement, le texte n’est plus une ligne que l’on déroule, mais un espace que l’on parcourt, phénomène renforcé dans les oeuvres du corpus – comme La Maison des feuilles ou Cloud Atlas, ou encore les hypertextes – qui prennent en compte la matérialité du dispositif pour le rendre sensible au lecteur.

Continuer la lecture de Modélisation narrative (1) – Courts-circuits via AtlasCine

  1. Je développe largement dans la deuxième partie de ma thèse la définition que donne Paul Ricoeur de la mise en intrigue selon le principe de la triple mimesis : pour le dire très brièvement, le récit – et dans le récit, la mise en intrigue c’est-à-dire l’agencement des événements par définition informes selon un ordre début-milieu-fin et selon le “pouvoir d’attraction” de la fin – est la réponse à l’aporie du temps identifiée depuis Saint Augustin ; la mise en intrigue, par sa configuration (c’est la mimesis II), répond à notre précompréhension du temps (c’est la mimesis I) si bien que la lecture permet une expérience qui refigure cette compréhension (c’est la mimesis III). []

Schémas de lecture – House of Leaves, Luminous Airplanes

Cet article constitue une annexe numérique de ma thèse.

Dans la lignée de ce que j’exposais dans un précédent article, il est parfois nécessaire, face à une oeuvre narrative foisonnante, chaotique et discontinue, de réaliser une carte de la lecture. Si les schémas réalisés pendant ma première lecture de 253 de Geoff Ryman gardent la trace de mes choix, ceux effectués lors de la lecture de House of Leaves de Mark Z. Danielewski et Luminous Airplanes de Paul La Farge quant à eux cherchaient à proposer une cartographie exhaustive de toutes les bifurcations possibles. Autrement dit, les deux cartes que je présente ci-dessous peuvent être considérées comme le plan complet de la structure sous-jacente des œuvres. Bien évidemment, des erreurs sont possibles.

Continuer la lecture de Schémas de lecture – House of Leaves, Luminous Airplanes

Première Lecture – 253, de Geoff Ryman

Cet article constitue une annexe numérique de ma thèse.

J’expose, dans ma thèse1, en quoi la lecture d’un hypertexte de fiction peut conduire le lecteur à se faire cartographe : le texte s’offre à lui comme un espace fragmenté et discontinu dans lequel s’orienter, si bien que le moyen le plus simple reste encore, pour pouvoir établir des points de repères, revenir sur ses pas voire relire de la même façon l’oeuvre, de tracer la carte de son itinéraire dans l’oeuvre. C’est une pratique qui est d’ailleurs souvent encouragée par l’oeuvre elle-même, de nombreuses hyperfictions proposant au lecteur, au départ de son “voyage”, une carte de l’oeuvre qu’il s’apprête à parcourir.

Continuer la lecture de Première Lecture – 253, de Geoff Ryman

  1. On peut voir les prémisses de cette réflexion dans cet article : Debeaux, G., « L’Hypertexte et ses prédécesseurs : cartographier un jardin aux sentiers qui bifurquent », dans Repenser le numérique au XXIe siècle, Sinatra, F. et Sinclair, S, Sens Public, février 2015 []

Carnet de recherche de Gaëlle Debeaux

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search