Archives de catégorie : Multiplication des récits

253, Luminous Airplanes et la question médiatique

Cet article est la suite de “Courts-circuits, ou la ronde des récits”

Les deux dernières œuvres de mon corpus sont deux hypertextes de fiction1, que je rassemble pour leurs points communs formels mais qui en réalité correspondent à deux moments assez distincts de la jeune histoire de l’hyperfiction. En effet, 253, de Geoff Ryman, est mis en ligne en 1995 et correspond à la première génération des hypertextes, à la suite des classiques que sont afternoon, a story de Michael Joyce et Victory Garden de Stuart Moulthrop, même si 253 est publié sur le web, tandis que les deux oeuvres de Joyce et Moulthrop sont crées via un logiciel, Storyspace, et s’offrent au lecteur sous la forme de CD-Rom2.

Continuer la lecture de 253, Luminous Airplanes et la question médiatique

  1. J’ai proposé ici une définition générale de l’hypertexte. []
  2. Ces CD-Rom sont difficiles aujourd’hui à faire fonctionner []

Courts-circuits, ou la ronde des récits

Cet article est la suite de “Mitchell et Danielewski, héritage et renouvellement”

Si les romans que nous avons pour l’instant présentés relèvent peu ou prou de formes d’expérimentations littéraires, il n’en va pas tout à fait de même pour Courts-circuits d’Alain Fleischer. Ce roman, paru en 2009 aux éditions du Cherche Midi, est un excursus du côté de la littérature française très contemporaine et, en apparence, assez peu lié au reste du corpus. Cependant, on ne compte pas moins d’une quarantaine de récits qui se suivent, et leur agencement est dans la lignée de ce qui se joue dans Le Château des destins croisés : chaque nouveau récit est appelé par le précédent.

Autrement dit, j’aurais tout aussi bien pu présenter ce corpus selon un autre angle : non pas par regroupement contextuel, mais selon le type de multiplication des récits mise en oeuvre (ce point va faire l’objet d’un futur article). Si par une nuit d’hiver un voyageur“53 jours” et Cloud Altas s’appuient sur l’enchâssement narratif pour le manipuler, La Maison des feuilles et les deux hypertextes de fiction adjoignent au questionnement l’enjeu de la matérialité du texte, tandis que Le Château des destins croisés et Courts-circuits coordonnent – plutôt qu’ils ne subordonnent, comme dans l’enchâssement – leurs récits selon le principe de la ronde.

Continuer la lecture de Courts-circuits, ou la ronde des récits

Mitchell et Danielewski, héritage et renouvellement

Cet article est la suite de “Calvino, Perec et la multiplication oulipienne”

Le deuxième ensemble d’œuvres qui forme mon corpus de travail repose sur deux romans qui, chacun à leur manière, ont su trouver un public large en dehors du monde universitaire : La Maison des feuilles de Danielewski, oeuvre culte depuis sa parution en 2000 aux Etats-Unis, et Cloud Atlas de David Mitchell, publié en 2004 et adapté au cinéma en 2012 par les sœurs Wachowski.

La Maison des feuilles

C’est donc en 2000 que paraît aux Etats-Unis House of Leaves, le premier grand roman de Mark Z. Danielewski – il sera traduit en France par Claro en 2002 et publié aux éditions Denoël. La légende veut que le roman ait d’abord circulé sous format numérique, en ligne, échangé à la sauvette de mail en mail. S’il est vrai que Danielewski a fait circuler certains chapitres auprès de ses proches, comme il le confirme dans plusieurs entretiens, pour autant cette légende est grandement exagérée mais, tout à la fois, le signe même de l’engouement qui se crée autour de l’oeuvre, engouement qui reflète comme une mise en abyme métaleptique ce qui est raconté dans l’oeuvre. En effet, La Maison des feuilles raconte au moins trois histoires, qui se croisent au gré de la circulation, à l’intérieur de la fiction, de leurs supports.

Continuer la lecture de Mitchell et Danielewski, héritage et renouvellement

Calvino, Perec et la multiplication oulipienne

Mon corpus de travail prend comme point de départ trois œuvres de deux auteurs ayant gravité autour du cercle oulipien : Le Château des destins croisés et Si par une nuit d’hiver un voyageur d’Italo Calvino, et “53 jours” de Georges Perec. La raison en est double : d’une part, comme j’ai pu l’évoquer dans un précédent article, c’est en lisant Si par une nuit d’hiver un voyageur que s’est amorcée ma réflexion sur la question ; d’autre part, le travail de l’OuLiPo concernant le rôle de la contrainte conduit assez naturellement à aborder la mécanisation de la littérature : les textes narratifs se font “réservoirs de récits” et les auteurs sont dès lors attentifs à l’agencement de ces récits entre eux, autant d’éléments centraux dans la question qui m’intéresse.

Continuer la lecture de Calvino, Perec et la multiplication oulipienne

La multiplication des récits : une définition (1)

Ou De l’insuffisance de l’enchâssement

Telles sont les considérations sur lesquelles je m’appuie pour proposer ce que j’appelle “l’hyper-roman”, dont j’ai tenté de donner un exemple dans Si par une nuit d’hiver un voyageur. Mon intention était d’offrir l’essence du romanesque, concentrée en dix amorces de roman qui développent de manière très différente un thème commun, et agissent sur un cadre qu’elles déterminent autant qu’il les détermine lui-même. Fournir les échantillons de la multiplicité potentielle des récits possible : ce même principe est à l’oeuvre dans un autre de mes livres, Le Château des destins croisés, qui veut être une sorte de machine à multiplier les récits […].1

 Italo Calvino, auteur italien bien connu en France2, laisse à la postérité un “aide-mémoire pour le prochain millénaire” sous la forme de cinq – initialement six, mais la mort en a décidé autrement – Leçons prononcées à l’université Harvard en 1985, et qui sont autant de “voeux”3 pour la littérature à venir. Parmi ces Leçons, la cinquième porte sur la notion de “multiplicité”, ce goût pour un récit capable de contenir en soi tous les autres récits, à l’image de ce que projette Borges pour lequel Calvino avoue avoir une “prédilection”4.

Quand j’ai lu pour la première fois Si par une nuit d’hiver un voyageur, c’est précisément cette potentialité narrative qui a exercé sur moi son pouvoir de fascination. Je n’avais pas un roman, mais onze romans, voire douze entre les mains, ou même bien plus si l’on suit toutes les pistes lancées par les divers protagonistes. Je faisais face à une véritable multiplication des récits. Mais le plus fascinant, c’était encore la capacité narrative du roman à me tenir captive dans les mailles de son filet alors même que tout semblait devoir me conduire à le rejeter : Si par une nuit d’hiver un voyageur repose en effet sur le principe récurrent de l’interruption ; chacun des dix incipit enchâssés, qui alternent avec le retour du récit cadre, est incomplet, taillé dans le vif, et laisse son lecteur au mieux agacé, au pire très frustré, au point que l’on puisse envisager d’arrêter la lecture. Ce point précis, c’est-à-dire le paradoxe d’un roman construisant une tension narrative efficace à partir de la frustration même du lecteur, est aujourd’hui l’objet de mes travaux de recherche. Comment fonctionne un tel roman ? Sur quoi reposent ses effets ? Comment peut-on comprendre et analyser sa structure ? A quoi joue-t-il, précisément ?

Continuer la lecture de La multiplication des récits : une définition (1)

  1. Calvino, I., “Multiplicité”, Leçons américaines, Hersant, Y. (trad.), Folio poche, 1989 [1988], p.189-190 []
  2. Je recommande la lecture des notes que Claire Placial lui consacre sur son carnet de recherche, et en particulier celle-ci. []
  3. Calvino, I., “Multiplicité”, op. cit., p.194 []
  4. Ibid., p.187 []