Tous les articles par Gaëlle Debeaux

Soutenance de thèse

Je soutiendrai ma thèse de doctorat en littérature générale et comparée, intitulée Multiplication des récits et stéréométrie littéraire. D’Italo Calvino aux épifictions contemporaines,  le vendredi 24 novembre 2017 à 14h30, à l’Université Rennes 2.

Le jury sera composé de :

René AUDET, Professeur de littérature, Université Laval, Québec (Canada)
Anne BESSON, Professeure des universités, Littérature comparée, Université d’Artois / rapporteur
Emmanuel BOUJU, Professeur des universités, Littérature comparée, Université Rennes 2 / directeur de thèse
Denis MELLIER, Professeur des universités, Littérature comparée, Université de Poitiers / rapporteur
Nicolas THÉLY, Professeur des universités, Art, esthétique et humanités numériques, Université Rennes 2
Alexandra SAEMMER, Professeure des universités, Sciences de l’information et de la communication, Université Paris 8

Cette soutenance se déroulera en salle des thèses (bâtiment de la Présidence, 7e étage). L’accès au bâtiment, situé à proximité de la station de métro Villejean-Université, se fait par la Place du Recteur Henri Le Moal.

Vous pouvez consulter le résumé de ma thèse, et accéder à son sommaire :

Histoire littéraire stéréométrique, revue et corrigée

Cet article constitue une annexe numérique de ma thèse.

Je termine la conclusion de ma thèse en proposant une extension possible du concept de stéréométrie littéraire (développé en troisième partie et présenté dans un prochain article) : pourquoi ne pas envisager, dans la lignée des travaux de Pierre Bayard (Le Plagiat par anticipation, 2009) et d’autres, l’histoire littéraire non plus comme une ligne organisant les œuvres et les auteurs les uns après les autres mais comme un espace fait de résonances et d’échos ?

Continuer la lecture de Histoire littéraire stéréométrique, revue et corrigée

Modélisation narrative (4) : Le Château des destins croisés

Cet article constitue une annexe numérique de ma thèse.

Le Château des destins croisés, roman d’Italo Calvino que j’ai présenté ici, se déploie en deux parties : le “Château” et la “Taverne”. Dans les deux cas, l’auteur italien déroule le même procédé, à savoir l’écriture de récits à partir de cartes de tarots. La première partie se situe dans un château, le cadre – et les récits ainsi que le style – étant directement inspiré de la qualité du dessin des cartes du jeu peint par Bonifacio Bembo, tandis que la seconde partie, réalisée à partir du Tarot de Marseille, plus grossier, prend pour cadre une taverne.

Si le principe de la ronde des récits, déjà exploité dans Courts-circuits et sa modélisation, préside aussi à l’agencement narratif dans ce roman de l’auteur italien, ma tentative de modélisation ne sera cependant pas la même. En effet, le cadre de l’action du roman d’Alain Fleischer recouvre la planète entière ; dans Le Château des destins croisés, l’entrée dans le château (ou la taverne), décrite dans un chapitre liminaire, correspond au franchissement d’un seuil exhibé dans le texte : un peu à la manière du Décaméron, l’espace dans lequel se situent les protagonistes qui se racontent des histoires est statique, coupé du reste du monde, hermétique. Il n’est alors pas possible de réaliser une modélisation qui prendrait appui sur une carte géographique.

Continuer la lecture de Modélisation narrative (4) : Le Château des destins croisés

Modélisation narrative (5) – House of Leaves

Cet article constitue une annexe numérique de ma thèse. 

Dans la lignée de ce qui se joue dans ma tentative tâtonnante de modélisation de Cloud Atlas, j’ai essayé de prendre à bras le corps la complexité de House of Leaves de Mark Z. Danielewski.

L’idée était ici de traduire le refus de la linéarité, à partir du schéma exhaustif des lectures possibles déjà réalisé. L’inconvénient de ce schéma réside dans le fait qu’il interdit de bien visualiser les effets de croisement et de superposition. En passer par une modélisation en 3D, c’est prendre du recul et affiner la perception des phénomènes.

Continuer la lecture de Modélisation narrative (5) – House of Leaves