Le discours de soutenance en Littérature comparée

Cet article est la suite de celui-ci et de celui-là, dans lesquels j’expliquais ce que l’on trouvait généralement dans une introduction et dans une conclusion de thèse en Littérature Générale et Comparée.

Afin d’écrire mon discours de soutenance, j’ai lu et décortiqué deux discours de deux amies brillantes, l’une en littérature française et l’autre en littérature comparée. J’avais eu la chance de pouvoir assister à leurs soutenances respectives et de pouvoir mesurer l’efficacité de leur discours. Elles ont toutes les deux bien voulu me faire parvenir leur discours et je les en remercie.

Cet “échantillon” est moins étendu que dans mes deux précédents articles, et il y a sans doute encore d’autres façons de procéder. Cela dit, les étapes principales restent sensiblement les mêmes. Dans le détail, chaque texte est marqué par la personnalité des deux chercheuses et il me semble que cette donnée est importante.

Pour cet article, je vais exposer rapidement ces différentes étapes rencontrées selon les deux discours, puis les invariants que j’en ai retirés. Je dépose en fin d’article mon propre discours de soutenance, dans la lignée de la démarche de Caroline Muller en Histoire (voir son article ici).

Un discours en littérature française

Le discours s’ouvre sur une formule de remerciements à l’attention des membres du jury.

Etape 1 : GENESE DU PROJET

  • Le corpus : ses origines dans les travaux de mémoire
  • Le questionnement central : ses origines dans le travail de master, les premiers résultats exploitables, l’apport de la directrice de recherche dans l’évolution du questionnement ; évocation de certaines lectures critiques devenues des piliers de la réflexion.
  • Rappel du projet de départ présenté lors de l’obtention du contrat doctoral : son positionnement théorique (il s’agit là de pointer la pertinence de l’approche méthodologique choisie) et ses objectifs scientifiques novateurs (ce passage permet de se situer vis-à-vis de la bibliographie existante).

Etape 2 : DEMARCHE ADOPTEE

  • Cadrage des domaines de compétence de la chercheuse et revendications méthodologiques : contextualisation de la réflexion
  • Mise en lumière d’une des étapes fondamentales du travail : sa méthode, ses résultats
  • Annonce rapide du plan de la thèse
  • Précision de synthèse sur la démarche globale (la chercheuse met ici l’accent sur ce qui lui tient particulièrement à cœur dans sa recherche)

Etape 3 : DIFFICULTES RENCONTREES

  • Etablissement d’une liste de 4 difficultés rencontrées, et la façon dont elles ont ou pourraient être surmontées : il s’agit de difficultés parfois techniques, parfois liées à l’ampleur de la tâche à accomplir, parfois liées à la contextualisation voire au manque de recherches collectives sur certains points qui dépassent l’objectif de la thèse.
  • Il ne s’agit pas simplement de pointer des manques, mais de donner des exemples concrets d’impasses qui sont encore des moyens de faire progresser la recherche ; la chercheuse indique également des zones où le travail doit être poursuivi et de quelle façon elle envisage cette poursuite. Le but est de montrer que la thèse, aboutie, n’a pour autant pas clos le sujet ni le débat.

Etape 4 : RESULTATS

  • Présentation de 3 résultats majeurs, et explicitation de ce qu’ils apportent dans le champ de la recherche collective

Etape 5 : LIMITES ET AUTOCRITIQUE

  • Cette dernière étape, la plus courte, me semble avoir pour but d’ouvrir le débat avec les membres du jury. Si l’étape “difficultés” vise plutôt à montrer la complexité du sujet de recherche, ses écueils et les façons de les surmonter, cette étape correspond plutôt à la reconnaissance d’éventuelles faiblesses ou la formulation de certains regrets.

Le discours est clos par une évocation plus personnelle du plaisir passé à travailler sur cette thèse, et une ouverture vers les discours et questions des membres du jury.

La chercheuse a eu la très grande gentillesse de me faire parvenir également son rapport de thèse. Il est tout à fait intéressant de noter que celui-ci revient brièvement sur le discours pour en noter la pertinence et la solidité, et pour en donner le plan. Cela permet une comparaison (on ne se refait pas… !) éclairante. Les membres du jury ont bien retenu 5 étapes, qui ne sont pas exactement les mêmes que celles prévues (je précise que ces étapes sont nommées dans le document que la chercheuse m’a transmis) : Pourquoi elle s’est intéressée au sujet ; Les étapes de sa recherche ; Les conclusions du travail ; Les grands principes de son travail ; Les pistes à explorer.

Un discours en littérature comparée

La chercheuse commence elle aussi par remercier les membres du jury. Elle présente également le déroulement de son exposé et rappelle le nombre d’années qu’elle a consacrées à ce travail de recherche.

Etape 1 : LES ETAPES MENANT A LA THESE

  • Rappel du travail de master (je précise que les deux chercheuses dont il est question dans cet article ont réalisé un unique mémoire d’envergure durant leurs deux années de Master) et remerciements en direction de la directrice des travaux – qui n’est pas la directrice de thèse mais qui fait partie du jury. Evocation des prémisses de la réflexion et des pistes qui se dessinent.
  • Genèse de la direction des travaux de thèse (justification des directeurs, en quelque sorte) et présentation de ce qui a guidé au choix de l’objet de recherche. Rappel de la démarche comparatiste et rapide présentation des modalités de constitution du corpus (rappel de son ampleur et de ses bornes chronologiques)
  • Mise en avant rapide de l’originalité de l’approche
  • Synthèse de la démarche à partir des travaux de mémoire et évocation des difficultés donnant lieu au travail de thèse

L’ensemble de cette étape est une sorte d’entrée en matière progressive, souvent parsemée d’exemples précis tirés des oeuvres, vers le coeur de la recherche.

Etape 2 : LE CONTENU DE LA THESE

  • Mise au point méthodologique : mise en avant de l’ampleur de la démarche et évocation des limites possibles et des critiques potentielles.
  • Contextualisation de l’objet d’étude
  • Présentation du renversement qui articule tout le plan de la thèse

Dans cette partie, la chercheuse en profite pour présenter, en filigrane, le plan de sa thèse. Elle donne par moments des exemples précis afin de justifier ses choix rhétoriques et argumentatifs. Elle s’autorise également quelques envolées “lyriques” (toute mesure gardée, évidemment !).

Etape 3 : LES LIMITES ET QUESTIONNEMENTS

  • Elle revient en détail sur son dernier chapitre, qu’elle juge avoir été le plus “périlleux” : c’est l’occasion de présenter quelques risques et incertitudes de la recherche, de rappeler l’objectif de l’entreprise et de poser un des acquis théoriques majeurs du travail.
  • Elle évoque enfin pour terminer certaines limites du travail effectué et les prolongements qu’elles ouvrent.

Le discours se termine par une phrase de remerciement envers les membres du jury.

Les invariants et ce que j’en ai retenu

Les phrases d’ouverture et de clôture du discours étaient sensiblement les mêmes – tous deux s’achevant par “Je vous remercie” par exemple.

La gestion de l’étape “Genèse du projet”, présente dans les deux discours, n’est pas menée tout à fait de la même façon (cela tient en partie aux objets d’étude qui sont éloignés) : le premier discours met plus l’accent sur le questionnement autour de l’objet et la façon dont il a émergé tandis que le second pointe plus l’émergence du corpus et la constitution de l’objet. Dans les deux cas cependant, les chercheuses ont mentionné leur directrice de recherche – qu’elle soit devenue directrice de thèse ensuite ou non – qui était présente dans le jury. Le premier discours présente nettement l’écart entre les travaux de master et de thèse, tandis que le second met plutôt en avant la continuité de la recherche.

L’étape “Présentation de la recherche”, qui pourrait rassembler les étapes 2 à 4 du premier discours et l’étape 2 du second, n’est pas abordée tout à fait de la même façon non plus : le premier discours vise à construire la cohérence méthodologique de la démarche d’analyse en présentant rapidement le plan (c’est-à-dire l’argumentation du travail) et en prenant plus de temps pour évoquer, à partir de cas précis, les nœuds épistémologiques et méthodologiques rencontrés afin de montrer, en acte en quelque sorte, comment la pensée s’est construite. Le second prend plutôt l’angle de la contextualisation de l’objet et insiste sur la démarche argumentative, en lui donnant corps par l’utilisation d’exemples tirés des œuvres qui rendent l’ensemble très vivant. Il me semble que cet écart est très lié à la nature des deux projets de recherche. Dans les deux cas, l’objectif reste toutefois bien le même : démontrer l’apport de la recherche.

Enfin, l’étape “Limites et prolongements” n’occupe pas exactement la même place dans les deux discours, même si dans les deux cas le temps consacré à l’autocritique n’est pas très long (l’idée étant – tout en reconnaissant les faiblesses du travail et en exposant ses propres souhaits d’approfondissement – de laisser la place aux membres du jury, qui sont aussi là pour ça, de proposer eux-mêmes leurs propres remarques et sollicitations d’approfondissement). Les pistes de prolongement proposées, très différentes évidemment, sont dans les deux cas très intéressantes (je crois qu’avec la genèse du travail, c’est la partie que je préfère).

Pour mon propre discours, j’ai mêlé les deux façons de procéder, en gardant en tête deux traits : la rigueur démonstrative du discours lui-même autour de la question méthodologique, que j’ai lue avec intérêt dans le premier discours, et le recours à des exemples qui rendent la démarche concrète et vive, que j’ai apprécié dans le second discours. J’avais initialement prévu un plan en 5 étapes, un peu à l’image du premier discours, mais c’est finalement un découpage en trois temps qui ressort :

  • GENESE DU PROJET
  • LA DEMARCHE : OBJECTIFS ET DIFFICULTES
  • RESULTATS ET PISTES A APPROFONDIR

Je dépose ici mon propre discours.


2 réflexions sur « Le discours de soutenance en Littérature comparée »

  1. Merci pour tes articles, j’ai lu avec beaucoup d’intérêt ton discours de soutenance. Le sujet est passionnant, les ouvrages de ton corpus vont rejoindre ma liste de lecture.
    Face à l’écueil de la disparition de certaines sources en ligne, notamment 253 de Geoff Ryman, je me permets de te rediriger vers le plugin Wayback Machine, https://archive.org/web/
    La communauté effectue régulièrement des “photographies” du web, en hébergeant sur leurs propres serveurs les sites recensés. Il y a une version de l’ouvrage archivée : https://web.archive.org/web/20140530180412/http://www.ryman-novel.com/
    Bon courage pour les années post-doctorat !

    1. Bonjour et merci beaucoup pour ce commentaire !
      Pour 253, il existe désormais une version “sauvegardée” qui effectivement passe par la Wayback Machine (outil ô combien utile…!) : http://onlinebooks.library.upenn.edu/webbin/book/lookupid?key=olbp27604 Entre la première et la seconde disparition du texte, je l’avais “aspiré” et sauvegardé sur mon propre disque dur, et c’est ce que je fais désormais avec chaque hypertexte que j’étudie (mais la technique ne fonctionne pas pour tous les types d’œuvres malheureusement).
      N’hésite pas à revenir me dire ce que tu as pensé des oeuvres que tu auras lues !

Répondre à Gaëlle Debeaux Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.