Modélisation narrative (1) – Courts-circuits via AtlasCine

Cet article constitue une annexe numérique de ma thèse.

La troisième partie de ma thèse, intitulée “Lire comme on arpente : spatialisation de l’intrigue”, prend acte du fait que les oeuvres de mon corpus, en multipliant les récits, n’offrent pas tant au lecteur l’expérience d’une refiguration du temps1 qu’une expérience spatiale. Pour le dire autrement, le texte n’est plus une ligne que l’on déroule, mais un espace que l’on parcourt, phénomène renforcé dans les oeuvres du corpus – comme La Maison des feuilles ou Cloud Atlas, ou encore les hypertextes – qui prennent en compte la matérialité du dispositif pour le rendre sensible au lecteur.

Dès lors, la mise en intrigue subit nécessairement des manipulations dont je cherche à rendre compte. Dans cette troisième partie, je développe la notion de stéréométrie littéraire : il s’agit de penser la possibilité de modéliser une telle mise en intrigue, dans la lignée des réalisations en Humanités numériques, c’est-à-dire à l’aide d’outils qui me donneraient la possibilité de visualiser2 cette intrigue spatialisée. La première expérimentation à laquelle je me suis livrée a porté sur Courts-circuits : comment donner à voir la ronde et les courts-circuits des récits, et leurs effets sur l’intrigue et l’intérêt du lecteur ?

Cette expérimentation s’est jouée en deux temps, à travers l’exploitation de deux outils disponibles : AtlasCine et StoryMapJS3. J’aurais aimé pouvoir développer mon propre outil, adaptable à chacune des œuvres du corpus, malheureusement ce n’est pas une compétence dont je dispose.

L’outil : AtlasCine

J’ai dans un premier temps choisi d’exploiter l’outil AtlasCine. Il s’agit, comme le précisent les créateurs de l’application Sébastien Caquard et Jean-Pierre Fiset , d’un outil permettant de cartographier tout récit dont « les dimensions spatio-temporelles [apparaissent comme] fragmentées »4 : à l’aide de Googlemaps et autres plateformes du même genre, on peut indiquer les lieux de la fiction, mais surtout les relier selon la relation qu’ils entretiennent et selon les données temporelles du récit5.

Cet outil paraissait adapté à Courts-circuits, mais à Courts-circuits seulement : en effet, c’est la seule oeuvre de mon corpus qui s’ancre dans une géographie réaliste (les lieux de la fiction sont des lieux qui existent dans notre monde) en faisant de cette donnée un élément d’organisation des récits. Cloud Atlas, par exemple, déploie aussi un univers réaliste (jusqu’à un certain point, puisque le roman bascule, à partir du cinquième récit, dans le domaine de la science-fiction) mais ces données géographiques n’ont pas de vraie pertinence pour modéliser l’effet de la multiplication des récits sur l’intrigue.

Accéder aux Récits dans Courts-circuits, Alain Fleischer

Résultat

Plusieurs étapes sont nécessaires pour réaliser cette cartographie : il faut, d’abord, entrer les données pertinentes dans une base de données en ligne, c’est-à-dire les lieux de la fiction, les liens entre ces lieux (il est possible d’indiquer par des effets graphiques les relations entretenues selon un codage réalisé dans la base de données) et le temps (l’application est pensée pour inclure le temps passé dans chaque lieu – pour ma part, j’ai préféré indiquer le nombre de pages consacrées à chaque récit – donc chaque lieu – car cela permet de prendre la mesure de l’espace textuel consacré à chaque espace géographique convoqué).

Accéder à la base de données

On peut ensuite configurer des données de visualisation : je me suis efforcée d’indiquer à l’aide de cercles de couleurs les récits dans lesquels le narrateur est présent, en bleu, et les récits desquels il est absent, en rose (l’objectif était d’essayer de figurer les décrochages narratifs, c’est-à-dire les courts-circuits métaleptiques, comme lorsque le narrateur prend en charge le récit portant sur un nouveau personnage alors même qu’il vient d’indiquer ne l’avoir jamais rencontré).

Le résultat est une carte que l’on peut activer, et qui figure alors la succession des lieux de la fiction selon les liens programmés. On peut choisir la vitesse de déroulement, on peut avancer manuellement, mais on ne peut pas modifier les données en cours de visualisation ou manipuler, d’une façon générale, la carte obtenue.

Accéder à la carte

J’expose plus en détails cette réalisation dans ma thèse : je ne suis pas vraiment satisfaite du résultat, même si celle-ci permet de mettre en avant certains phénomènes intéressants (comme les superpositions spatiales).

Cite this article as: Gaëlle Debeaux, "Modélisation narrative (1) – Courts-circuits via AtlasCine," in Multiplication des récits, 22/08/2017, https://multirecits.hypotheses.org/186.
  1. Je développe largement dans la deuxième partie de ma thèse la définition que donne Paul Ricoeur de la mise en intrigue selon le principe de la triple mimesis : pour le dire très brièvement, le récit – et dans le récit, la mise en intrigue c’est-à-dire l’agencement des événements par définition informes selon un ordre début-milieu-fin et selon le “pouvoir d’attraction” de la fin – est la réponse à l’aporie du temps identifiée depuis Saint Augustin ; la mise en intrigue, par sa configuration (c’est la mimesis II), répond à notre précompréhension du temps (c’est la mimesis I) si bien que la lecture permet une expérience qui refigure cette compréhension (c’est la mimesis III). []
  2. Voir Drucker, J., Graphesis. Visual Forms of Knowledge Production, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 2014. []
  3. Cette seconde expérimentation est développée dans un second article. []
  4. Voir Caquard, S. et Fiset, J-P., « How can we map stories ? A cybercartographic application for narrative cartography », Journal of Maps, vol.10, n°1, p. 18-25. []
  5. L’outil est d’abord pensé pour les fictions cinématographiques mais peut être adapté aux fictions romanesques, comme le suggèrent les créateurs eux-mêmes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.