253, Luminous Airplanes et la question médiatique

Cet article est la suite de “Courts-circuits, ou la ronde des récits”

Les deux dernières œuvres de mon corpus sont deux hypertextes de fiction1, que je rassemble pour leurs points communs formels mais qui en réalité correspondent à deux moments assez distincts de la jeune histoire de l’hyperfiction. En effet, 253, de Geoff Ryman, est mis en ligne en 1995 et correspond à la première génération des hypertextes, à la suite des classiques que sont afternoon, a story de Michael Joyce et Victory Garden de Stuart Moulthrop, même si 253 est publié sur le web, tandis que les deux oeuvres de Joyce et Moulthrop sont crées via un logiciel, Storyspace, et s’offrent au lecteur sous la forme de CD-Rom2.

Luminous Airplanes, de Paul La Farge, est quant à lui mis en ligne en 2012. Entre temps, la “bulle” de l’hypertexte a explosé : on ne considère plus qu’il correspond au futur du roman, qu’il représente une nouvelle forme narrative en adéquation parfaite avec le postmodernisme au point de supplanter toute autre forme de mise en récit, ni même qu’il permet une libération du lecteur – autant de croyances tenaces dans la dernière décennie du XXe siècle, chez des théoriciens comme Bolter, Landow ou Delany3.

De nouvelles approches théoriques se sont développées ces dernières années, aux Etats-Unis mais aussi en dehors – notamment en France -, qui mettent l’accent non plus tant sur la forme de l’hypertexte, devenue somme toute presque habituelle pour qui utilise quotidiennement Internet et le web, que sur ce que cela fait de lire une hyperfiction (et c’est bien là aussi mon objectif). On peut citer les travaux de Marie-Laure Ryan, aux Etats-Unis4, et ceux de Serge Bouchardon et Alexandra Saemmer, en France5.

Ces deux oeuvres présentent donc des enjeux différents : le texte de Geoff Ryman exploite le dispositif hypertextuel pour lui-même et, pratiquement, en tant que contrainte de création – on peut d’ailleurs rapprocher ses travaux de la veine oulipienne, puisque chaque noeud textuel, qui se concentre sur un des 253 passagers d’une rame de métro qui va connaître un accident et que l’hypertexte passe en revue, est composé de 253 mots, agencés en trois temps : “Outward appearance”, “Inside information, “What s.he is doing of thinking”.

Ce systématisme est absent de l’oeuvre de Paul La Farge, qui vise plutôt à retracer l’existence de son narrateur à travers un approfondissement de la mémoire en même temps qu’il déploie une dimension méditative – les liens hypertextes traduisant alors les bifurcations de la pensée. Le tout est construit à l’aide de différents fonds de couleur, permettant d’indiquer la période temporelle dans laquelle se passe le noeud en cours de lecture.

Cependant, dans les deux cas, mon choix s’est porté sur ces œuvres parce qu’elles visent à raconter des histoires : même dans le cas de 253, le formalisme de l’agencement narratif n’empêche pas l’émergence d’intrigues et l’intérêt dépasse largement l’exploitation d’un dispositif textuel neuf6. La deuxième raison de ce choix repose sur le fait que ces deux hyperfictions sont accompagnées de la publication d’un ouvrage imprimé – en 1998 pour Geoff Ryman, et en 2011, soit avant la mise en ligne de l’hypertexte, pour Paul La Farge. C’est un phénomène intéressant qui permet de comparer la façon dont se déploient récit, histoire et intrigue selon le dispositif choisi7.

Ces deux hyperfictions sont reliées aux oeuvres du corpus précédemment présentées pour différentes raisons : 253 poursuit les expérimentations oulipiennes d’un Calvino ou d’un Perec, tout comme, à la suite du Château des destins croisés et de Courts-circuits, et aux côtés de Luminous Airplanes, il exploite le dispositif de la ronde voire du court-circuit. Luminous Airplanes, quant à lui, interroge le rapport étroit qui existe entre mise en récit et dispositif textuel, dans la lignée de ce que propose La Maison des feuilles de Danielewski. Cependant, ces rapprochements ne doivent jamais faire oublier qu’il peut être malaisé d’aborder ces hypertextes avec les mêmes outils que les oeuvres imprimées : j’ai essayé dans ma thèse, autant que possible, d’aborder l’ensemble du corpus en tenant compte de ces spécificités, et en cherchant aussi à décloisonner les approches (de “décentrer” l’usage des outils habituels d’analyse).

Source de l’image de couverture.

Cite this article as: Gaëlle Debeaux, "253, Luminous Airplanes et la question médiatique," in Multiplication des récits, 21/08/2017, https://multirecits.hypotheses.org/141.

 

  1. J’ai proposé ici une définition générale de l’hypertexte. []
  2. Ces CD-Rom sont difficiles aujourd’hui à faire fonctionner []
  3. La bibliographie concernant l’hypertexte et datant des années 1990 est assez fournie. On peut citer :

    • Bolter, D. J., Writing Space : The Computer, Hypertext, and the History of Writing, Mahwah, Lawrence Erlbaum Associates, 1990 (un tome 2 est paru en 2001, Writing Space : Computers, Hypertext, and the Remediation of Print, Second Edition),
    • Landow, G. P., Hypertext : The Convergence of Contemporary Critical Theory and Technology, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1992 (deux tomes complémentaires sont parus respectivement en 1997 et 2006, Hypertext, 2.0 et Hypertext, 3.0. Critical Theory and New Media in an Era of Globalization),
    • Landow, G. P., Hyper/Text/Theory, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1994,
    • Bolter, D. J. et Delany, P., Remediation : Understanding New Media, Cambridge, Massachusetts, MIT Press, 1999. []
    • Par exemple :

      • Ryan, M.-L., Narrative as Virtual Reality. Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2001.
      •  – Narrative across Media. The Language of Storytelling, Lincoln, University of Nebraska Press, 2004.
      •  – Narrative as Virtual Reality 2 : Revisiting Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2015.

      L’introduction de Narrative as Virtual Reality (2001) revient sur le premier temps critique de l’hypertexte de fiction de façon tout à fait éclairante. []

    • Voir Bouchardon, S., Littérature numérique. Le récit interactif, Paris, Editions Lavoisier, 2009 et La Valeur heuristique de la littérature numérique, Paris, Hermann éditeurs, 2014 ; voir aussi Saemmer, A., en particulier Rhétorique du texte numérique : figures de la lecture, anticipations de pratiques, Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, 2015. On peut citer, pour clore ce panorama, l’ouvrage de Christian Vandendorpe, Du papyrus à l’hypertexte : essai sur les mutations du texte et de la lecture, Paris, Editions La Découverte, 1999, et celui de Belinda Barnet, Memory Machines : The Evolution of Hypertext, London & New York, Anthem Press, 2013 []
    • J’ai passé une grande partie de ma première année de thèse à explorer les bases de données et bibliothèques en ligne recensant les oeuvres de littérature numérique, comme la Collection de l’Electronic Literature Organization (il en existe trois éditions), ou les différents numéros de la revue BleuOrange, afin de trouver des oeuvres qui remplissent ce critère. Deux oeuvres auraient pu être retenues : Apparitions inquiétantes, d’Anne-Cécile Brandenbourger (mais l’oeuvre avait déjà été largement commentée par Anaïs Guilet dans sa thèse) et The Unknown, mais la dimension parodique de l’ensemble empêchait véritablement une histoire de se mettre en place []
    • Je me permets ici de renvoyer à un de mes articles : Debeaux, G., « Penser les relations médiatiques du livre et de l’hypertexte à partir de 253 de Geoff Ryman et Luminous Airplanes de Paul La Farge », dans la revue Itinéraires. Littérature, textes, culturesen ligne []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.