Courts-circuits, ou la ronde des récits

Cet article est la suite de “Mitchell et Danielewski, héritage et renouvellement”

Si les romans que nous avons pour l’instant présentés relèvent peu ou prou de formes d’expérimentations littéraires, il n’en va pas tout à fait de même pour Courts-circuits d’Alain Fleischer. Ce roman, paru en 2009 aux éditions du Cherche Midi, est un excursus du côté de la littérature française très contemporaine et, en apparence, assez peu lié au reste du corpus. Cependant, on ne compte pas moins d’une quarantaine de récits qui se suivent, et leur agencement est dans la lignée de ce qui se joue dans Le Château des destins croisés : chaque nouveau récit est appelé par le précédent.

Autrement dit, j’aurais tout aussi bien pu présenter ce corpus selon un autre angle : non pas par regroupement contextuel, mais selon le type de multiplication des récits mise en oeuvre (ce point va faire l’objet d’un futur article). Si par une nuit d’hiver un voyageur“53 jours” et Cloud Altas s’appuient sur l’enchâssement narratif pour le manipuler, La Maison des feuilles et les deux hypertextes de fiction adjoignent au questionnement l’enjeu de la matérialité du texte, tandis que Le Château des destins croisés et Courts-circuits coordonnent – plutôt qu’ils ne subordonnent, comme dans l’enchâssement – leurs récits selon le principe de la ronde.

Revenons-en à Alain Fleischer et son roman : Courts-circuits peut être considéré comme un roman pivot dans l’oeuvre très foisonnante de l’auteur (né en 1944, il a déjà publié plus d’une quarantaine d’œuvres textuelles – romans, essais, textes inclassables – et il est par ailleurs cinéaste avec plus de vingt productions relevant de la fiction ou du documentaire, mais aussi photographe et plasticien1), puisqu’elle permet à certains personnages des romans antérieurs de faire retour dans la fiction, au gré des rencontres et des croisements de récits. On aurait tout à fait pu adjoindre d’autres oeuvres de l’auteur à notre corpus, comme par exemple Quatre voyageurs, paru en 2000 aux éditions du Seuil, ou Imitation, publié en 2010 chez Actes Sud, mais Courts-circuits est le roman qui présente la structure narrative la plus intéressante. Je parlais de ronde : c’est un clin d’oeil à la pièce d’Arthur Schnitzler du début du XXe siècle, La Ronde (Riegen), qui présente dix tableaux se succédant et impliquant deux personnages, le passage de l’un à l’autre étant assuré par le départ de l’un des deux et l’arrivée d’un nouveau protagoniste.

Matisse, Danse I, 1909

Courts-circuits fonctionne de la même façon : le récit commence par l’arrivée du narrateur2 dans une petite ville de Bohème, Tabor. Celui-ci s’arrête dans la seule boutique qu’il trouve ouverte, celle d’un tailleur qui semblait l’attendre pour confectionner un manteau pour l’hiver – nous sommes en plein été. Dans cette boutique, entre une jeune fille, Mina : le récit suivant perd de vue le personnage du narrateur pour se concentrer sur cette jeune fille, et le coup de téléphone qu’elle donne à son ami Karel, qui vit en Israël. Vous l’avez compris : le troisième récit franchit la distance qui les séparent pour se focaliser sur la vie de ce jeune homme. L’ensemble du roman est bâti sur ce principe général, régulièrement infléchi cependant par des courts-circuits : des rencontres manquées, des retours impromptus du narrateur, des mises en abyme et des métalepses qui viennent gripper le mécanisme.

La multiplication des récits dans ce roman ne prend donc pas tout à fait la même apparence que dans les œuvres présentées précédemment – excepté Le Château des destins croisés – mais elle questionne elle aussi, d’une part, la possibilité de voir émerger dans cette succession (qui pourrait faire de l’oeuvre un recueil de récits brefs plus qu’un roman) une intrigue globale, et d’autre part elle interroge, quoique de façon tout à fait différente, le rapport entretenu entre la mise en récit, la mise en intrigue et le dispositif textuel (le roman n’a de sens que lu de façon strictement linéaire).

Source de l’image de couverture

Cite this article as: Gaëlle Debeaux, "Courts-circuits, ou la ronde des récits," in Multiplication des récits, 20/08/2017, https://multirecits.hypotheses.org/131.
  1. Il existe quelques ouvrages théoriques sur sa production, dont une publication consacrée entièrement à son oeuvre textuelle : Fortin, J. et Vray, J.-B., Alain Fleischer écrivain, revue Le Genre humain, Paris, Editions du Seuil, 2013 []
  2. C’est un narrateur que l’on identifie au départ comme étant intradiégétique – c’est-à-dire qu’il appartient à l’univers de la fiction – et homodiégétique – il s’exprime à la première personne du singulier). La suite du roman met à mal cette certitude par des effets de métalepse : le narrateur prétend par exemple ne pas connaître le personnage dont pourtant il livre l’histoire – ou bien alors y a-t-il là un changement de narrateur que rien dans le texte ne vient indiquer… []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.