Calvino, Perec et la multiplication oulipienne

Mon corpus de travail prend comme point de départ trois œuvres de deux auteurs ayant gravité autour du cercle oulipien : Le Château des destins croisés et Si par une nuit d’hiver un voyageur d’Italo Calvino, et “53 jours” de Georges Perec. La raison en est double : d’une part, comme j’ai pu l’évoquer dans un précédent article, c’est en lisant Si par une nuit d’hiver un voyageur que s’est amorcée ma réflexion sur la question ; d’autre part, le travail de l’OuLiPo concernant le rôle de la contrainte conduit assez naturellement à aborder la mécanisation de la littérature : les textes narratifs se font “réservoirs de récits” et les auteurs sont dès lors attentifs à l’agencement de ces récits entre eux, autant d’éléments centraux dans la question qui m’intéresse.

Italo Calvino

Italo Calvino est né en 1923 à Cuba (il rentre rapidement en Italie avec sa famille) et décédera en 1985 (pendant la rédaction de ses Leçons américaines)1. Si l’ensemble de son oeuvre est à placer sous le signe du rapport entre littérature et science, ce n’est qu’à la fin de sa vie d’écrivain qu’il entre en contact avec le groupe de l’OuLiPo et s’intéresse de près aux jeux littéraires permis par la contrainte. Les oeuvres que je retiens pour ce travail sont de ce fait assez spécifiques et plutôt éloignées de ce que l’auteur italien a écrit précédemment – on peut citer notamment Le Sentier des nids d’araignées, narrant dans une veine néoréaliste la Résistance italienne pendant la seconde guerre mondiale du point de vue d’un enfant2, ou encore les trois textes de la  trilogie Nos AncêtresLe Vicomte pourfendu3Le Baron perché4 et Le Chevalier inexistant5. Elles appartiennent à un nouveau cycle, que Philippe Daros caractérise comme une forme de repli dans la Bibliothèque, qui met en avant le goût de l’érudition, le plaisir de l’intertextualité et le jeu de la littérature avec elle-même. L’oeuvre inaugurale de ce cycle, Les Villes invisibles6, ne fait cependant pas partie du corpus primaire : ce “roman”, formé du dialogue entre Marco Polo et Kublai Khan et dans lequel  l’explorateur décrit à l’empereur Mongol toutes les villes (imaginaires) qu’il a traversées, est en effet plus proche d’une forme de prose poétique que des enjeux du romanesque et de la mise en intrigue qui m’intéressent.

Calvino déménage à Paris en 1967 (il y vivra jusqu’en 1980) et se rapproche, par l’intermédiaire de Raymond Queneau, du groupe oulipien, dans lequel il trouve un écho certain avec ses propres préoccupations : “l’importance des contraintes dans l’oeuvre littéraire, l’application méticuleuse des règles du jeu très strictes, le recours aux procédés combinatoires, la création d’œuvres nouvelles en utilisant des matériaux préexistants”, comme il l’affirme dans la Note qui accompagne l’édition française du Château des destins croisés7. Il fait paraître Il Castello dei destini incrociati en 1973, et le traduit en français avec Jean Thibaudeau en 19768, et Se una notte d’inverno un viaggiatore est publié en 1979 (il sera traduit en français une première fois en 1981, par Danièle Sallenave et François Wahl, puis une seconde fois, en 2015, par Martin Rueff9). Dans ces deux romans – même si cette dénomination générique peut poser problème pour Le Château des destins croisés, qui se présente en deux parties rassemblant une suite de récits muets puisant dans la mémoire des récits – Calvino cherche à produire un catalogue de récits.

Le Château propose une succession de récits mis en “voix” ou en “texte” par un narrateur intradiégétique, puisque l’ensemble des convives, réunis dans un château ou une taverne à la suite d’aventures les ayant privé de l’usage de la parole, sont muets et ne peuvent se raconter que par l’intermédiaire de cartes de tarots. Ces cartes sont reproduites en marge du texte et figurent dans ce que Calvino appelle le “mots-croisés”, rassemblant l’ensemble des récits.

Le château de cartes du “Château” (première partie du Château des destins croisés)

Chaque chapitre (sauf les derniers) propose un récit – l’Histoire de l’ingrat puni, l’Histoire de Roland fou d’amour, l’Histoire du royaume des vampires – emprunt de larges échos intertextuels (Calvino cite comme source première l’Orlando furioso de l’Arioste, mais on reconnaît aussi dans la structure de multiplication des récits l’héritage du Decameron de Boccace10 ), et tous les récits sont à comprendre les uns par rapport aux autres.

Si par une nuit d’hiver un voyageur, quant à lui, se présente sous la forme d’un roman composé d’une alternance entre des chapitres numérotés et ne portant pas de titre, constituant le récit cadre (on en compte onze plus un), et des chapitres portant un titre et figurant les dix incipit enchâssés du roman que le Lecteur, protagoniste du récit cadre, cherche désespérément à lire : Si par une nuit d’hiver un voyageur, le nouveau roman d’Italo Calvino.

Schéma proposé par Calvino en annexe de Se una notte d’inverno un viaggiatore

Ces dix incipit sont eux aussi marqués par un jeu intertextuel avec les grandes œuvres du siècle11, et l’ensemble s’apparente à ce que Linda Hutcheon définit comme une métafiction12, dans laquelle mises en abyme et métalepses sont fréquentes.

Georges Perec

Georges Perec naît à Paris en 1936, et décédera en 1982, pendant la rédaction de son dernier roman, “53 jours”.  Sa vie est marquée par la tragédie de la seconde guerre mondiale et de la Shoah (son père trouve la mort sur le champ de bataille tandis que sa mère sera déportée. Georges Perec est recueilli par son oncle et sa tante qui trouvent refuge dans le Vercors)13. Si cette catastrophe trouve une place importante dans sa création – on pense par exemple à W ou le souvenir d’enfance14 – l’oeuvre de Perec ne s’y résume pas. L’auteur lui-même propose une caractérisation en quatre pôles de sa création :

Si je tente de définir ce que j’ai cherché à faire depuis que j’ai commencé à écrire, la première idée qui me vient à l’esprit est que je n’ai jamais écrit deux livres semblables, que je n’ai jamais eu envie de répéter dans un livre une formule, un système ou une manière élaborés dans un livre précédent.

[…] Je me comparerais plutôt à un paysan qui cultiverait plusieurs champs : dans l’un il ferait des betteraves, dans un autre de la luzerne, dans un troisième du maïs, etc. De la même manière, les livres que j’ai écrits se rattachent à quatre champs différents, quatre modes d’interrogation qui posent peut-être en fin de compte la même question, mais la posent selon des perspectives particulières correspondant chaque fois pour moi à un autre type de travail littéraire.

La première de ces interrogations peut être qualifiée de « sociologique » : comme de regarder le quotidien ; elle est au départ de textes comme Les Choses, Espèces d’espaces, Tentative de description de quelques lieux parisiens, et du travail accompli avec l’équipe de Cause commune […] ; la seconde est d’ordre autobiographique : W ou le souvenir d’enfance, La Boutique obscure, Je me souviens, Lieux où j’ai dormi, etc. ; la troisième, ludique, renvoie à mon goût pour les contraintes, les prouesses, les « gammes », à tous les travaux dont les recherches de l’OuLiPo m’ont donné l’idée et les moyens : palindromes, lipogrammes, pangrammes, anagrammes, isogrammes, acrostiches, mots croisés, etc. ; la quatrième, enfin, concerne le romanesque, le goût des histoires et des péripéties, l’envie d’écrire des livres qui se dévorent à plat ventre sur son lit ; La Vie mode d’emploi en est l’exemple type15.

La Vie mode d’emploi, qui paraît aux éditions Hachette en 1978, aurait pu figurer dans mon corpus de travail, et occupe en réalité une des premières places dans le corpus secondaire. Cependant, la critique est déjà vaste sur ce “romans” (c’est ainsi qu’est sous-titré l’oeuvre) et il a fallu faire des choix : “53 jours”, moins connu et moins commenté, avait par ailleurs l’avantage de présenter une forme d’enchâssement originale et propice à l’analyse : un enchâssement inverse.

Ce roman, paru à titre posthume en 1989 et laissé inachevé par Perec, est composé de deux parties : la première est presque entièrement rédigée par Perec, tandis que la seconde est recomposée par Harry Mathews et Jacques Roubaud, deux membres de l’OuLiPo amis de Georges Perec, à partir des divers carnets, cahiers et feuilles volantes que ce dernier a laissés derrière lui. L’ensemble se présente comme une double enquête, menée d’abord par un professeur de mathématiques de la ville fictive – mais que l’on peut néanmoins situer en Afrique du Nord – de Grianta suite à la disparition de Serval, auteur de polars à succès, et menée ensuite par Salini, véritable inspecteur de police, après la disparition de Serval (le même, un autre), ancien résistant dans la région de Grenoble. Je n’explique pas plus avant la façon dont s’agencent ces deux parties, car cela représente un des effets majeurs de l’oeuvre : la mise en intrigue a partie liée avec la multiplication des récits.

Ces trois oeuvres forment le socle du corpus : à elles trois, elles rassemblent déjà une grande partie des enjeux qui se trouvent exploités dans les autres oeuvres (enchâssement “régulier”, enchâssement inverse, succession), tout en orientant d’emblée la réflexion du côté de la mécanisation du roman – un des enjeux de l’hyperfiction.

 

La suite :

Cite this article as: Gaëlle Debeaux, "Calvino, Perec et la multiplication oulipienne," in Multiplication des récits, 18/08/2017, https://multirecits.hypotheses.org/104.

 

  1. On peut consulter l’ouvrage de Philippe Daros pour en apprendre plus sur sa biographie : Daros, P., Italo Calvino. Portraits littéraires, Paris, Hachette Supérieur, 1994 []
  2. Calvino, I., Il Sentiero dei nidi di ragno, Torino, Einaudi, 1947 / Le Sentier des nids d’araignées, Stragliati, R. (trad.), Paris, Editions Julliard, 1978. L’ouvrage est disponible en édition de Poche chez Folio. []
  3. Calvino, I., Il Visconte dimezzato, Torino, Einaudi, 1952 / Le Vicomte pourfendu, Bertrand, J. (trad.), Paris, Albin Michel, 1955. L’ouvrage est disponible en édition de Poche []
  4. Calvino, I., Il Barone rampante, Torino, Einaudi, 1957 / Le Baron perché, Bertrand, J. (trad.), Paris, Editions du Seuil, 1960. L’ouvrage est disponible en édition Poche []
  5. Calvino, I., Il Cavaliere inesistente, Torino, Einaudi, 1959 / Le Chevalier inexistant, Javion, M. (trad.), Paris, Editions du Seuil, 1962 []
  6. Calvino, I., Le Città invisibili, Torino, Einaudi, 1972 / Les Villes invisibles, Thibaudeau, J. (trad.), Paris, Editions du Seuil, 1974 []
  7. Calvino, I., « Note », Le Château des destins croisés, Paris, Editions du Seuil, 1976 – nous citons à partir de l’édition Points, 1985, p.137-138 []
  8. Calvino I., Il castello dei destini incrociati, Torino, Italie, Einaudi, 1973 / Le Château des destins croisés, J. Thibaudeau (trad.), Seuil, Paris, 1976 []
  9. Calvino, I., Se una notte d’inverno un viaggiatore, Einaudi, Torino, 1979 / Si par une nuit d’hiver un voyageur, D. Sallenave et F. Wahl (trad.), Seuil, Paris, 1981 []
  10. Voir à ce propos l’article de Demartini, D., « Une combinatoire du récit médiéval », Cahiers de recherches médiévales, n° 14, 2007, en ligne []
  11. Voir à ce propos Brunel, P., Italo Calvino et le livre des romans suspendus, Paris, Editions de la Transparence, 2008 []
  12. Voir Hutcheon, L., A Poetics of Postmodernism : History, Theory, Fiction, New York, Routledge, 1988 []
  13. Nous renvoyons à la Semaine « Georges Perec » de La Compagnie des auteurs, sur France culture, pour une biographie plus détaillée de l’auteur []
  14. Perec, G., W ou le souvenir d’enfance, Paris, Denoël, 1975 []
  15. Perec, G., « Notes sur ce que je cherche », Penser / Classer, Paris, Hachette, 1985, p.9-11 []

Une réflexion sur « Calvino, Perec et la multiplication oulipienne »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.